Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: XXVIII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0038
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
XXVIII

E. AMÉLINEAU.

Les réflexions précédentes justifieront, j'espère, le sentiment que j'adopte. Je
pourrais les étendre; mais je suis persuadé que j'en ai dit assez et que mes lecteurs
trouveront d'eux-mêmes un moyen facile de réfuter quelques objections qui pour-
raient être faites à propos de tel ou tel passage du texte copte. J'ai dit ce qui me
semblait juste, ce que je crois être la vérité; si je me suis trompé, qu'on me le
pardonne.1

III. Sermon de St Cyrille d'Alexandrie.

L'œuvre qui vient après Y Éloge de Macaire de Tkôou est un sermon attribué à
S1 Cyrille, patriarche d'Alexandrie, l'un des docteurs les plus renommés de l'Église
catholique. Le titre qu'on trouve en tête de l'œuvre est le suivant : otAouoc
e^qT^OTroq u-2s_e m&?ioc u-ypiTV.TV.oc ni^p^nenicnonoc ivre p^no^ erfte T2s_mep-
Hvnq>em irre ^vp-y^H ne.w. nm^u- epe nipcoMï nT^TV^inoopoc ne^ nTeqVJrv^H.
eopHi enenas-ias. -M-ty^ eTon£. ^qees.2î_i ee&e hh eT^TTMOTr eiroi u2j_*.2s_i enoire-
pno-y. ^qc^2s_i 2s.e on e^&e dwk£i&. eeocpiÀoc hcm eniq>daiioc eT^Trc^ivi nTR^odwi-
pecic Miti&iMoc icoôwtmHc m^pTrcocTOMOc ôvqcôv2s.i 2^e on e«&e cicmmoc mcioirp
eoîie îiipH^- eT6.qenuoT £en TiTonoc auii^uioc «eo^wpoc ixictpôvTh7V.ô,thc eqTwftg
M^v^" MnièvPioc eeo2s.topoc gme». nTeqT^c^oq on eTeq^p^H. £en 07r£ipHrtH nTe
èiAiHii. C'est-à-dire : Discours que prononça le saint Cyrille l'archevêque de
Rakoti, sur le départ de l'âme et sur l'heure où l'homme malheureux rendra son
âme entre les mains du Dieu vivant. Il (y) parla de ceux qui moururent ennemis
l'un de l'autre. Il parla aussi d'abba Théophile et d'Epiphane qui souscrivirent la
condamnation du saint Jean le Chrysostome. Il parla encore de Sisinnios l'eunuque
et de la manière dont il mourut dans le monastère du saint Théodore le stratélate,
en priant le Dieu de ce saint Théodore de le replacer dans sa charge. Dans la paix
de Dieu : ainsi soit-il.

On voit par ce titre que ce discours est mis sous le nom de S1 Cyrille d'Ale-
xandrie et qu'il dut être prononcé après le concile d'Éphèse, puisqu'on y fait allu-
sion à un fait qui se passa pendant le séjour de S1 Cyrille à Constantinople en se

i. Je renvoie à plus loin l'examen de la question soulevée par M. Revit.lout à propos de la mort
de Schnoudi : cette question demande d'assez longs développements qui seront mieux à leur place
plus loin.
loading ...