Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: LII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0062
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LU

E. AMÉLINEAU.

époque qu'on doit peut-être étendre jusqu'au treizième siècle de notre ère et qu'on
ne peut, je crois, faire commencer avant le dixième.

Si je ne peux pas indiquer l'époque à laquelle a vécu le traducteur et a été faite
la traduction, je serai plus heureux pour trouver le temps où le manuscrit, sur lequel
cette traduction a été faite, a reçu sa dernière forme. Je montrerai plus loin qu'en
effet certaines pages ont dû être ajoutées à l'œuvre primitive de Visa. Quant à ce
qui m'occupe maintenant, c'est-à-dire quant à la fixation de la date où l'ouvrage
de Visa a reçu la forme même sous laquelle il nous est arrivé, je trouve en cette
œuvre un passage qui me renseigne complètement à ce sujet et que je demande
la permission de citer ici en son entier. Il se trouve dans une sorte de prophétie
ayant trait à la fin du monde en général et au sort prochain de l'Egypte en particu-
lier. Schnoudi retiré dans sa caverne a reçu la visite du Seigneur le Messie et Jésus
a déroulé à ses yeux étonnés une série d'événements épouvantables. Schnoudi sort
de sa caverne triste et abattu : à sa vue son disciple Visa lui demande : «Que t'est-il
arrivé pour avoir un visage si renfrogné?» — 11 me dit : «Pleurons sur nos âmes et
sur tous les hommes : il eût été meilleur pour l'homme de n'être pas né, car voici que
le Seigneur le Messie, notre vie, nous a raconté en ce jour les malheurs et les tristesses
qui fondront sur le monde et m'a dit : «Raconte ces choses à tes enfants, écris-les
pour leur usage afin qu'ils se convertissent et se perfectionnent encore; qu'ils pren-
nent tous garde, après avoir entendu cela, de n'être pas négligents et de ne pas
livrer leurs âmes à Satan.» —■ Et je lui dis : «O mon père saint, fais-moi l'amitié
de me raconter cela, et tu prieras pour nous afin que nous ne tombions pas aussi
dans ce péché.» — Et dit mon père : «Certes je vous dis ce que m'a montré la
Messie, ô mes enfants, afin que le souvenir en reste jusqu'à la fin des temps.» Alors
il dit : «Après vous avoir quittés et être entré dans ma caverne du désert, pendant
que je récitais ma prière sous la caverne de la montagne, le Seigneur est venu et
m'a dit : «La paix soit avec toi, ô Schnoudi!» — Et je lui dis : «Bienvenue est ta
présence, ô grand Seigneur, maître du ciel et de la terre!» Alors sous la caverne
de la montagne, je le baisai bouche à bouche; et Satan se montra à nous sous le
ligure d'un ouvrier, portant une couffe de paille n'ayant pas servi; il s'arrêta et nous
la cacha dans le flanc sud de la montagne, sans respect pour nous. Je me levai
alors, je m'avançai vers lui, je le frappai, je pris sa tête, je la frappai contre la pierre
jusqu'à ce que je l'eusse tachée de son sang. Et le Seigneur me dit : «Cesse, ô
loading ...