Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: LVI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LVI

E. AMÉL1NEAU. .

afin qu'ils le retiennent et vivent avec moi dans mon royaume. Que ma paix soit
avec toi, ô Schnoudi, ami de mon père : prêche-leur ce que je viens de te dire.»
Alors il monta dans les cieux et les anges lui rendirent gloire. Et voici que je vous
ai fait connaître ce que m'a expliqué le Seigneur, à vous et à tous les chrétiens nos
frères : soyons sur nos gardes, efforçons-nous de ne pas commettre de péchés afin
que nous évitions les reproches qui tomberaient sur nous au jour du jugement de
vérité, au jour de la mort pour ceux qui renoncent à leur foi et nient Dieu et qui
recevront la perte en héritage, en ce jour de leur perdition.»

J'arrête ici cette longue citation : Schnoudi continue longtemps encore à parler
du jugement; ceux qui voudront connaître la suite se reporteront facilement à la
traduction du texte arabe et satisferont leur désir. Ce que j'ai cité remplira parfaite-
ment le but que je me suis proposé.

Dans le long et filandreux discours qui est placé dans la bouche du Messie, on
a dû remarquer deux sortes d'événements qui sont prédits : les uns se rapportent
à fhistoire de l'Egypte chrétienne, et les autres ont trait à la fin du monde, au grand
cataclysme qui doit irrémédiablement tout détruire. De cette dernière partie, en-
tièrement composée de traits empruntés aux évangiles synoptiques, à l'Apocalypse
et à quelques prophètes de l'AncienTestament, mêlés à quelques élucubrations faciles
de Schnoudi ou d'un autre, je n'ai pas à m'occuper ici : elle ne peut en aucune
façon me servir à dater le dernier développement de notre ouvrage. Il en est tout
autrement de la première partie : on y trouve une série de faits nettement indiqués
et sous lesquels nous pouvons mettre une date bien déterminée. D'après notre
auteur, les Perses envahissent l'Egypte, la conquièrent, y séjournent un assez long
temps et y commettent tous les crimes qui offensent le plus un chrétien et un
homme. Puis ils se retirent, et, de nouveau reconquise par les généraux de Con-
stantinople, l'Egypte est soumise par l'empereur grec à un gouverneur qui a dû
laisser une assez triste réputation chez les Coptes pour qu'on le nomme ici Antéchrist.
Ce gouverneur s'occupe de fortifier les places du désert, c'est-à-dire celles qui défen-
daient l'Egypte contre une invasion du côté de la Syrie. Entre temps, il persécute
le patriarche qui est obligé de prendre la fuite. Alors les enfants d'Ismaël et les fils
d'Aïssou s'emparent de l'Egypte. Je ne connais pas les fils d'Aïssou qui sont proba-
blement cousins germains des fils d'Ismaël; mais ces derniers sans aucun doute sont
les Arabes. Après l'invasion, le patriarche est replacé sur son trône; mais l'anarchie
loading ...