Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: LXXI
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

LXXI

m'est arrive quelque chose. Car j'enchanterai mon cœur, je le placerai sur le
sommet de la fleur de l'Acacia; et, si on coupe l'Acacia et que mon cœur tombe
à terre, tu viendras le chercher; quand tu passerais sept années à le chercher, ne
te rebute pas, mais, une fois que tu l'auras trouvé, mets-le dans un vase d'eau
fraîche; alors je vivrai de nouveau, je rendrai le mal qu'on m'aura fait. Or, tu
sauras qu'il m'est arrivé quelque chose, lorsqu'on te mettra une cruche de bière
dans la main et qu'elle fera des bouillons : ne reste pas un moment de plus, après
que cela te sera arrivé.»'

Écoutons maintenant le récit de Visa : Schnoudi se trouve dans cette caverne
du désert où il se rendait en enchantant la vallée afin que personne ne le vît; il v
reçoit la visite d'un solitaire de ses amis et au cours de l'entretien, celui-ci dit à
Schnoudi : «Je te quitte : aujourd'hui le Seigneur vient me rendre visite. C'est la
dernière fois que je te parle dans le corps, car l'ange du Seigneur me l'a appris la
nuit dernière; il m'a appris aussi le jour de ta mort que tes enfants attendent pour
qu'il leur soit un signe jusqu'à l'éternité,2 car c'est le jour de la naissance de Cyrille
le sage, l'archevêque d'Alexandrie, et de Mar Victor, l'archimandrite de Tabennîsi;
et non seulement tu mourras le même jour, mais encore à la même heure. Et ce
jour célèbre et sanctifié sera le septième du mois d'Abib, et des saints innombrables
viendront à ta rencontre.» — Mon père lui dit : «Comment saurai-je le jour où tu
mourras?» ■— Alors Mar Thomas lui dit : «Je t'apprendrai un signe qui t'étonnera.
Cette pierre sur laquelle tu t'asseois hors de ta demeure pour voir les péchés de
tous les hommes, au moment où mon âme sera séparée de mon corps, elle se
fendra en deux comme un livre que l'on ouvre : et celui qui guida Tobie, fils de
Tobit, dans le pays étranger, c'est-à-dire l'archange Raphaël, tu le verras marcher
devant toi et devant ceux que tu auras choisis, jusqu'à ce que tu arrives dans ma
demeure sans barque; et fais-moi le plaisir pour l'amour du Seigneur d'enterrer
mon corps malheureux, parce que je suis orphelin et n'ai personne au monde.
Alors s'accomplira pour moi ce qui a été écrit : J'augmenterai tes bénédictions.
Et j'ai confiance que ton cœur trouvera du repos ainsi que ceux qui viendront avec
toi rie Seigneur vous récompensera de votre charité et vous accordera votre salaire.»

1. Maspero, op. cit., p. 14 et 15.

2. Il ne faudrait pas comprendre que les moines de Schnoudi désirassent sa mort : ce serait un
gros contre-sens, car il ne s'agit ici que des moines fidèles, et non de récalcitrants.
loading ...