Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: LXXXIII
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
monuments, etc.

LXXXIII

donnerait la solution du problème; mais il ne fait qu'ajouter à l'obscurité déjà si
grande des données contradictoires. Selon ce document Schnoudi aurait vécu cent
neuf ans et deux mois; il serait mort l'année même du concile de Chalcédoine.
Voici, en effet, ce qu'on y lit : «Après cela mon père avança en âge, garda le lit et
tomba malade d'une maladie mortelle, le premier jour du moi d'Abib. Le Seigneur
Sauveur vint à lui, la nuit, et s'assit près de lui pour le consoler. Mon père lui dit :
«O mon Maître et mon Dieu, ne peux-tu pas me rendre vigoureux comme je l'étais
auparavant, afin que j'aille au concile; car le patriarche m'a envoyé chercher pour
que je connusse les blasphèmes qu'ont proféré les hérétiques contre la Trinité sainte
et les imperfections qu'on lui a attribuées?» Alors le Sauveur lui répondit avec
des paroles douces et lui dit : «O mon élu Schnoudi, veux-tu vivre encore à l'âge
où tu es arrivé? Tu as déjà vécu cent neuf ans et deux mois depuis le jour de ta
naissance jusqu'à ce jour; car tu as ceint la robe des anges alors que tu avais neuf
ans, et tu as passé cent ans et deux mois dans la vie monacale. Le septième jour
du mois d'Abib qui est un jour saint, tu viendras chez moi dans le séjour du repos
afin de t'y reposer éternellement.» Et l'auteur raconte les derniers moments de
Schnoudi. 11 est donc évident que d'après cette narration Schnoudi n'aurait vécu
que cent neuf ans et deux mois et qu'il serait mort l'année même du concile de
Chalcédoine, le icr juillet q5i. Mais l'abrégé copte et l'un des fragments thébains
que je publie disent qu'il vécut cent dix-huit ans, ce qui reporterait l'année de sa
mort à l'an 460 et non en q58 ou q5g, comme l'a pensé M. Revillout.1 Mais
Schnoudi a-t-il survécu au concile de Chalcédoine et à la condamnation de Dios-
core? C'est là le point difficile. D'après un fragment thébain conservé au musée
de Naples, il semblerait que Schnoudi ne survécut pas au concile de Chalcédoine.
Il y est dit, en effet, à propos du saint solitaire Jean de Lycopolis : «Tournons-
nous maintenant vers le souvenir du saint prophète Jean, cet homme si parfait
qui devint très vieux et s'avança dans ses jours, par la grâce de Dieu qui était en
lui. Avant Y apostasie, le prophète apa Schnoudi allait très souvent le voir, comme
je l'ai dit; du reste le prophète apa Schnoudi se reposa avant Y apostasie.»1 Ce texte
semble bien dire que Schnoudi mourut avant la défection qui, selon l'auteur de
ce fragment, eut lieu au concile de Chalcédoine. Pour se débarrasser de ce témoi-

1. Rev. de l'hist. des rel., tome VIII, p. 5y8.

2. Zoëga, Cat. cod. copt., p. 540.

1*
loading ...