Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 4
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
4

E. AMÉLINEAU.

jo'f eni^-Mi. neoq 2s^e e^nes. ujeno-5"^ ne ujd>.q£co?V. eôpm eoimjHi mmcoott eqoT
Hoir e&oA mr^au no-yROTP2s.i oiro£ ne ri^&cdt tio&i ne me^ooir eTeMMôwir oirog
n^ipH^- ne ujevqqjcopuj ttneq2s_i2£_ e&o*\ nTequj7V.R7\. epe rimloott rhoit ujô>. neq-
jaott. oto£ evpeuje*.n moirojini i e&o7V mmkw ujèqpe eAievy auiirot2£.j nujnpi
neM neqicoT eAvA.es.;* neAv. niAv.extteccooir eT2s.co avavoc 2£_e eefte os- Jw.neROTrojpn
MnenujHpi ôvtt npoir£i Tenep^o*^ ue^p nne oTmeTgcooir ujcori neAvevq. totc ujêvpe
niAVô.nec(ooir 2£_oc nneqio^" 2s.e £en oiFAV.eeAv.Hi ^OTrcopn MMoq ncoTen npoiro^i
AiMHni. oirejjooir 2s.e e£io?V.ji>en megooir1 e». niAv.exneccoo'y mouji vpiqidwgo'y Mni\OTT2s.i
nujnpi ujenoir^ uje».Teqq>0£ emujHi mmooott ne ottoh OTrnoTrj» 2s_e £j2£.en riujhi
mmioott. totc nies.7V.OTT «vqp^oA. enecRT eniAv.cùO-y oirog dwquj?VH?V. epjpm ^ q>^- epe
neq2s.i2s. cpopuj e&oTV. enujcoi eTq>e ■ niM^nectooir 2s.e is.qep«Mq>ivo-y Av.Av.oq e^q^çonq
£ès/ren ^no-y£i ujes.Teqniv-5- eq>H epe riro-5-2s_i nujHpi ne*.e»jq. otfo£ ne».pe niM^ne-
coooir epAveepe eq2t(o mjaoc 2s_e evinevir enn nTH& nTe niROT2s.i nujRpi eiroi
Av.q>pH"^ ni n?V.eoARds.c n^pooAv. otto£ nevipH^- ^Tevtvooi eq>ev07r ô.iuje hhi ecnen
ne^eccoo-y. e-res. tootti 2^e ujooni ne2s_es.q evqi n2s_e neqjWT ô.qeAv?Ves.3 nejaRi on
eq2SLCo MAV.oe 2£_e ee&e ou* AUieROTCopn AV.Ri>ouHpi nm npoiro^i. ne2s.n1 nes.q 2s_e

ses parents, au village. Mais lui, apa Schnoudi, s'en allait vers un canal d'eau, un
peu éloigné du village; et en ces jours-là c'était le mois de Tobi; et ainsi il éten-
dait les mains pour prier, et l'eau lui montait jusqu'au cou. Et chaque jour, lorsque
la lumière était venue, la mère du petit garçon, ainsi que son père, querellait le
berger en disant : «Pourquoi n'as-tu pas envoyé notre fils, au soir, car nous
craignons qu'il ne lui arrive quelque mal?» —Alors le berger disait à ses parents:
«En vérité, chaque jour je vous l'envoie au soir.» Et un jour parmi les jours le
berger marcha derrière le jeune garçon Schnoudi jusqu'à ce que (celui-ci) parvint
au canal d'eau, et il y avait un sycomore au-dessus du canal. Alors l'enfant des-
cendit dans l'eau et il pria Dieu, ses mains en haut étendues vers le ciel. Le berger
le suivit; il se cacha sous le sycomore afin de voir ce que faisait l'enfant, et le
berger a souvent rendu ce témoignage disant : «J'ai vu les dix doigts du petit
garçon étant comme dix lampes de feu, et ainsi je m'en retournai en arrière, je
marchai vers mes brebis. Et lorsque le jour eût paru, dit-il, son père vint, il me
querella disant : «Pourquoi n'as-tu pas envoyé mon fils vers moi, au soir?» —

1. Cod. efioÀaen oireçoou".
loading ...