Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 13
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

i3

^pX_enicuonoc neM eutd, CuuTwp ni^pxi-w^tl2^PITHC- ^ Hinoir2S-_ »pequjeA\.uj_
2s.oc tid^q 2s.e XHe>vUjTd>7V.ou ôk" nem t"^px_enicnonoc n^TrcajoTn t^p MAv.oq
ne. nes.kot 2__e Tie2__.js.q nwoir 2s_e ic2s_e mmoii a^pe cpoinouj mtoc ujcom. totc
ivquje £iq>oire_ noiTKOir2__.i neoq new neqM^eHTHC eeMouji neA\.d_q ô.qooi epd-Tq
evqaj?VH?V. eq2£_oo m.moc 2s_e n^ôc ihc nxc ne nipH^- eepeuoTVT en&MO«^cTH-
piou. (fol. 27 verso) £ocon eqMOïiAieu AiAioq ^en nôa ic OTr<5"hni noircoini ^ci
e&o7V.£en Tq>e oiroo ^CT^TVoq neAv. neqAie^HTHc d.cç>o7VA\.eq encrici d.c£G.7V. neMô^q.
eTô/yqioç) 2s_e enineTVevTOC «Te q>ioAv. e>_q2s_oirujT enujOM H2s_e ôk&C_£s. uirpi7V.7v.oc ni-
d.p2£ienic_ionoc d_qttc\ir eneacoT dais, ujenoir^- eq.5e__ h^hus new neq-

MôveHTHC d.qcouj eftoTv eq2s_o_MMOc 2s_e cmott epon nenicoT eeoir^& hTviô-c n&epi.
ne2s.e nôkicoT ô^ïiôw ujenoTr^ n<\q 2î_e d_pi nô.a\.eiri 00 nevicoT eeoirô-£- oiroc) TuvipH^
'f-(5'Hiii choTv. neMôwq ivcenq eneqAioHÈvCTHpion. ne ncuoir c^p mkiujoom ne
meoooir eTeAiAienr. eirciui muiwih H2s_e nicHnoir ô-qoiTVi n^n^qjpi ncoiro eTôv-
qenc eqnHoir e&o7V£ett nm^TV^Tion1 trre noirpo oirop_ doqtjiTC e^pui emconi nciui
oiro£ oimiu}^ hcaiott «Te noc èvqujoom .Sen niwm nciui Avn01ruj22_eAA.2s.0m nnoTvq

notre père saint abba Cyrille l'archevêque et apa Victor l'archimandrite. Les petits
parmi les serviteurs lui dirent : «Tu ne prendras point place avec l'archevêque»;
car ils ne le connaissaient pas. Mon père leur dit : «Si (je) ne (dois point trouver
place), que la volonté de Dieu soit faite.» Alors il s'en retourna un peu, lui ainsi
que son disciple qui marchait avec lui, il se tint debout, il pria en disant : «Mon
Seigneur Jésus le Christ, de quelle manière me conduiras-tu à mon monastère?»
Pendant qu'il pensait ainsi, voici qu'une nuée de lumière descendit du ciel, le
prit avec son disciple, l'enleva dans les airs (et) s'envola avec lui. Lorsqu'ils at-
teignirent la haute mer, abba Cyrille l'archevêque regarda en haut, il vit mon
père apa Schnoudi au milieu de la nuée avec son disciple, il s'écria disant :
«Bénis-nous, notre père saint, nouvel Élie.» Mon père apa Schnoudi lui dit :
«Souviens-toi de moi, ô mon père saint»; et ainsi la nuée s'envola avec lui, elle
le conduisit en son monastère. Or, c'était le temps de l'été ces jours-là. Comme
les frères étaient à moudre la farine, il prit le grain de blé qu'il avait apporté en
sortant du palais du roi, il le jeta sous la pierre meulière et une grande bénédic-

1. Cod. nmevAA-vTioit.
loading ...