Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 14
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU.

e&oTv otto£ nicnHOT ^peMpeM (fol. 28 recto) e<2>&e 2î_e ô^it^ici -vuKryujs^eM-
22-OM nuoTvq efto?v. hô^ioot 2s.e eeoTrès.& 0.110.. ujenoir^ ^-Mneqoiroi eniccmi hciri
e^q^to MTieqCidwi c>i2s.(oq ottoo ne2£_ôwq 2s_e evi 2*.e eposi1 co niwHi hciki 001 ep&TR.2
ovoc> 3en ^othot ôjqogi k^tô. ncô.2s.i mhôjoot AuipocpHTRC n2v.iiî.è<ioc3 eoia.
ujencrs"^ qipooAu Mq)^- 3en OTFMeeMHi q>H eTe neqoj!mo7n ujon Sert OTrepujiuji
AUpptr^ tininpoqjHTHc htc ujopix itew nid.nocTo7V.oc gdwrt ^tSIutii mmooott ne
neqwevTop^wMô. neM Hiujq>Hpi eT^qô.iTO'y efeoTvgiTen ïii^mot mtc mime*, eôo-yjvfc
eTujon nSHTq hchott niften.

d^cujconi a^e Tvoiïiotv ct&. mes.p^ienicRonoc e-ooT&& ivypi?v.?Voc çkoTv. ereqno-
?Vic «vqoTroopii hcôv neucoT aoie*. ujenoTS"^ Js.qujenq 2s_e ôvï\ep oimp negooir eivr^-
TVhottt c^S'hui uj^Teuqjoo^ eneRMon^cTHpiOH. Tierce ïiôvIcot ôoia. ujenoTr^ mtxi-
ô.p^i€nicjvoTioc 22_e ^co «hi eftoTV. TiôkicoT eeoTdv& ^•auiuj&. ôvïi e£co& MHÔwipH^-.

tion de Dieu eut lieu sous la meule, on ne pouvait plus la faire tourner4 et les
frères murmuraient parce qu'ils peinaient et ne pouvaient plus faire tourner (la
meule). Mais mon père saint apa Schnoudi s'approcha de la meule, il posa sur
elle son bâton de palmier et dit : «Je te le dis, ô pierre meulière, arrête-toi dé-
sormais.» Et à l'instant même elle s'arrêta selon la parole de mon père le pro-
phète, le juste apa Schnoudi, l'homme de Dieu en vérité, dont les œuvres ont
été aussi puissantes que celles des prophètes d'autrefois et des apôtres : elles sont
(en effet) innombrables les actions vertueuses et les merveilles qu'il a faites par
la grâce de l'Esprit saint qui était en lui en tout temps.

Il arriva du reste lorsque l'archevêque saint, Cyrille, fut arrivé dans sa ville,
qu'il envoya chercher mon père apa Schnoudi; il lui demanda : «Combien es-tu
(resté) de jours placé sur le nuage jusqu'à ce que tu aies atteint ton monastère?»
— Mon père apa Schnoudi, l'archimandrite, dit : «Pardonne-moi, mon père, je

1. Cod. ^i2£.epcm. — 2. Cod. o^i Ignace, ce qui ne peut s'expliquer. — 3. Cod. rca^-s-neoc. — 4. Le
texte contient évidemment une faute. En effet, si les frères ne pouvaient plus faire tourner la meule,
on ne conçoit pas que Schnoudi soit obligé de lui commander de s'arrêter. Il y a sans doute en deux
endroits un verbe d'omis, comme rhb, cesser. Le texte arabe donne une tout autre leçon. Le récit est
alors tout à fait compréhensible, ce qui ne peut être ici. Ce passage n'a pas dû être compris par l'abré-
viateur memphitique. J'ai traduit ce que présente le texte. Le mot qui fait difficulté est le mot RoAq.
La racine rû>A signifie convolvere, ce qui appliqué à une meule veut bien dire faire tourner. Il y aurait
cependant une manière de comprendre le texte en expliquant le oçj epjs.tr par : « cesse de produire de
la farine avec ce grain de blé». Il est, en effet, évident qu'il y avait engorgement sous la meule.
loading ...