Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 15
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

(fol. 28 verso) ïie2s_e evkîie». mrpiATV.oc nes.q 2£_e ^"revpuo jamoii nniuj7V.k?V. me hh
eecnrevÊi opines. eneT^Aioi enigtoCi eTdvqujtom mmor. nevicoT 2s.e ne2s_ds.q nevq 3en
OTree&io 2s_e pocon e\.iVT6.pKOï eu£(o\ eniAvonèvCTHpion Mniepocy eTixïice\2s.i hcm
nenepuoir n^HTq en&eti ni2£_oi oirog ei£i2s_en ^-5kni. dxiep ^cime^ic neM nicnnoT
ngeviiivpoirpi Amiepooir eTA\.a\.ev7s\ OTrog ^qepujqiHpi cexTOTq H2s_e niixp^iemc-
uonoe eeoire*ft K-ypiAAoc neM eviiô. CimToop niûvp^iMivu^piTKc otto£ nevipii^-
exTr^-cooT Mqj^- q>H eTipi nmujq>Hpi AiMCvTrevTq &en hh eeo7rô.£i iiTivq hh e-ripi
Mneqow>uj oirop epe oenoir xH eP°^- Avenenccoc e>.qi e&oTVpiTOTq MRidvp^ï-
emcnonoc oto^ e\qi eneqAv.ones.cTHpion.

excujconi 2s_e on noTrepooTF eqpeAici H2s_e nenicoT soie*, ujenoir^- 3exTen ni"\dvup
MixeTpex (fol. 2g recto) n©oq neM nenoc me n^c e-yccx2s.i neAi noTrepnoir. TOTe
ne2s.e neacoT Mnpoq>HTHc nevq 2£_e nevoc eiepem^TrAvein' enevir eoTT2$.oi eqepptox
MTiôviMiv. OTrop ne2s_e noc nes.q 2s_e ^neo^ Au\e\£ npivr nc\K eui co nexcovrn ujenoTr^
OTTOp exquje e&o?V.piTOTq. Avenencev oimoir2î_i 2^e ev niAiev moç> AvAuooit piTen
qîOTrexpcèvpni Avnï^nAuoTrppoc q>^ OTfop exq^pe ni2î_oi ujooni eqeppooT 5en m-
2s_£xne aiavcoott eTexqujtoni. oirop neoq noc eqoi av.iicaa.ot Mniniu}^- nneq oirop

ne suis pas digne d'une telle œuvre.» Abba Cyrille dit : «Je t'adjure pas les prières
des saints de m'apprendre ce qui t'est arrivé.» — Mon père lui dit avec humi-
lité : «Puisque tu m'as adjuré, je suis arrivé au monastère le jour que nous avons
parlé ensemble, toi dans la barque, moi sur le nuage; et au soir de ce même
jour j'ai fait la cynaxe avec les frères.» Et Cyrille, l'archevêque saint, fut rempli
d'admiration, ainsi qu'apa Victor l'archimandrite, et ils glorifièrent Dieu qui opère
seul des prodiges par les saints qui accomplissent sa volonté et se confient en lui.
Après cela il (Schnoudi) prit congé de l'archevêque et alla vers son monastère,
11 arriva qu'un jour notre père apa Schnoudi était assis sur un morceau de
pierre : lui et notre Seigneur Jésus le Christ parlaient l'un avec l'autre. Alors
mon père le prophète lui dit : «Mon Seigneur, je désire voir une barque naviguer
en ce lieu.» Et le Seigneur lui dit : «Je ne te chagrinerai pas, ô mon élu Schnoudi»,
et il le quitta. Peu après, l'endroit fut rempli d'eau par le démiurge divin (qui)
lit naviguer une barque sur l'eau profonde, et lui, le Seigneur, était sous la forme
du principal matelot, et aussi des anges étaient sous la forme des autres mate-

1. Cod. cpfnieT*m.
loading ...