Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 16
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i6

E. AMÉLINEAU.

peut uees.cue7V.oc on ctoi 1 mrcmot npes.n Reneq es.qeppoùT ujes.Teqqiop eqiH eeoirev&
euxes. ujencs"^- eqopi epes/rq equj?VH?V. oirog ite2£_e noc MnexiooT exites. ujenoTS"^ 2s_e
Tes.po mnop nes.r. n«oq 2s_e es.qccooirrett efroTV nTeq2s.i2s. es.qTes.pe ïimop oirop
.u.nequj2SLeM2î_OM MMopq. totc es.q^ AvneqoTroi eni?Ves.Rp MïieTpes. eTes.uji efcoTV. es,qes.-
Mom MMoq Seu neqTH& neM Teqini. (fol. 2g verso) ces.TOTq exqoiriOTen2 n^o-y-
hott Mq>pn^ noTTMOTrTvo nes.ppeu oir^pooM oirop ^q^" «op e£o7rn eniconi es.qe\-
Mom MMoq otoo es.qo7roTen n2£_e mconi eTMMevir ujes. eioT» eneu epoo-y eovMHini3
neneo ujes.n 2slcùott tt2î_ooo7r.

excujcoTU on ncycHOir e7reppoo& e^ujoy^ eirujwRi mmoc 3en niMones.cTHpion
epe nscnnoT4 eppcoû. epoc ne. e*. ove\i 2s_e £en mcnHOTT eTopi epes.Toir chircùt
es.q5b2s_i e\qTe\Me nenicoT es.nes. ujeno-y^ oirop evqToonq e\qes.Mom Mneq&es.i es.qv
e£pRi e2SLen5 ^■ujco'^ es.qccoo7TTen efco?V Mneq&esi6 oirop £en ^otiiot e\q;7ertoirni
edoTV. evq-^OTTto enujcoi npes.n Cieu new pes.n ctièv^ nfteni oirop e». nipcoMi eTep-
pco& ottcoav eftoA^en ïiecues.pnoc oTop es. ^ujco^7 ujconi nes.TR.iM (fol. 3o recto)
ujes. e^OTrn eq>ooir nepoo-y.

lots. 11 navigua jusqu'à ce qu'il se fût approché du saint apa Schnoudi qui se tenait
debout priant. Et le Seigneur dit à mon père apa Schnoudi : «Prends à toi la
corde»; et lui étendit la main, il prit la corde et ne put pas l'attacher. Alors il
s'approcha du morceau de pierre qui était près de là,8 il le saisit entre son doigt
et son pouce : aussitôt il le perfora comme de la cire près du feu, il attacha la
corde à la pierre, il prit celle-ci et cette pierre a été perforée jusqu'à ce jour en
un signe éternel jusqu'aux générations des générations.

Une fois il arriva qu'on travaillait à un puits dans le monastère : on le creusait
et les frères y travaillaient. L'un de ceux qui étaient occupés au travail courut,
il avertit notre père apa Schnoudi qui se leva, prit son bâton de palmier, vint
près du puits, l'étendit, le planta, et à l'instant (le bâton) prit racine, fit pousser
en haut des branches et des régimes de dattes. Les frères qui travaillaient man-
gèrent de son fruit et le puits est demeuré immobile jusqu'à ce jour.

i. Cod. 6-ron. — 2. Le Cod. donne plus bas e>.qoT0T6u. Il y a certainement une orthographe vi-
cieuse, car l'une doit être celle de la racine suivie d'un suffixe. Je ne sais laquelle est la bonne. —
3. Cod. eu-MHiui. — 4. Cod. hichhtt. — 5. Cod. zœ-n orthographe thébaine. — 6. 11 doit y avoir plu-
sieurs mots d'omis. Le texte arabe dit : planta son bâton au' milieu du rocher. — 7. Ce mot avait été
omis et a été ajouté. — 8. Mot-à-mot : se tenant à l'extérieur.
loading ...