Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 17
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0123
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

17

dwcujioiii 2^e oh hots-eooo-y epe neHcoymp oeMci neM ne^icoT euxe*. ujeHois"^
eqcdw2ti neAvevq eaiye eéoTH mior &hc^ neqMô^HTHc eiOTrcouj eep^n^HTd.H
epoq. £en ^otthoit e», nicoyrHp epeai^x^P61"' eTôkiyJe 2s-e e5OT"

CMOir tiTOTq mhôwICot Menenccoc cviujenq 2S-e KôviwT eeo-ydA him ne cpca eTC^2£_i
neMMv oiro£ eTdwii e3oim nd.qepdvHd/xcopem2 nivCï- ne2s-e hmwt .unpoq>HTHC
uni 2^e Tiôc me n^çc ne eTdwqnHH3 /S^tot ^«ott eq2a.co epoi ho_ô>.h AvycTHpion.
ne2s_Hi nevq 2s_e neviOTCouj £(0 ne en^-y epoq otto£ HTeqcwoTT epoi. ne2s_e rmwt
hhi 2te ^n^ujnevir epoq eai 2£_e n«ou OTROTr2ti numpi n«ou. ne2s_Hi Hdwq 2s_e
ôwttOR ovpeqep ho&i hôjcot e^OT^ft. neatevq hhi 2s_e mmoh ô.7v7V^ hooh ott-
R0ir2ti h<?ht. 1te2s.u1 H&.q on eipiMi 2s_e nevKOT ^go epou M^pe neiuiea t^çhm
(fol. 3o verso) htô». epMniyd^ nnis.Tr epoq gto. Ti€2s.ô.q n^icoT hhi 2s_e dviiuiiui-
q>0£ eôw2s_n ë1' HpdwC^- ô^mott e&OTrn ^Hô,.2£.eMT eio^eAici e;5pHi ne.ud>.q isnis.Tr
AiHepcô.25.1 e^H enTHpq. iscujcom 2s.e eneqpisCT/ dauje HisTis moTr^c)Cô.2Hi nxe
nisitoT oirop ôwiHcoAp e^ôvAevH hô>.tô. ^-Hisçjc 2s_e emesuje e30Tm n-riscfi cwot otto«)

Il arriva un jour que notre Sauveur était assis avec mon père apa Schnoudi
parlant avec lui : j'entrai moi Visa, son disciple, désirant l'aborder; aussitôt le
Sauveur se retira. Lorsque je fus entré, je reçus la bénédiction de mon père,
puis je l'interrogeai disant : «Mon père saint, quel est celui qui parlait avec toi
et qui s'est retiré lorsque je suis entré?» — Mon père le prophète me dit : «C'est
le Seigneur Jésus le Christ qui est resté avec moi tout à l'heure me disant des
choses mystérieuses.» — Je lui dis : «Je désirerais aussi moi le voir afin qu'il
me bénisse.» — Mon père me dit : «Tu ne le verras pas, car toi, tu est un petit
garçon.» — Je lui dis : «Je suis un pécheur, mon père saint.» — Il me dit : «Non,
mais tu es petit de cœur.» — Je lui dis en pleurant : «Mon père, je t'en prie,
prends pitié de moi afin que je sois digne de le voir, moi aussi.» — Mon père
me dit : «Lorsque tu seras arrivé à la sixième heure demain, viens, tu me
trouveras assis avec lui : prends garde de ne pas parler du tout.» Le lende-
main il arriva que je vins selon l'ordre de mon père et que je frappai à l'arc5

1. Cod. epjui^x^P1"- — 2. Cod. ne,qepe.ni.xû>pm. — 3. Cod. irtT^qRHre. — 4. Cod. ivr&ep ne.w.uj&.

— 5. Encore aujourd'hui on emploie une sorte de marteau en demi-cercle, lequel s'appuie sur un
étau sur lequel on frappe : il y en avait autrefois en France, et peut-être en trouve-t-on encore dans
quelques provinces.

3
loading ...