Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 20
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0126
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
20

E. AMÉLINEAU.

avricroit 2s^e MîtdvToiTKtoT r^-crrArciô.. es. rcroc ihc n^c otiorç) eneRicoT
dates, ujeno-y^- otoo Reas^q ne^q 2s_e tiorr nTCRccop efroTV. R^eRR?VRciex new. ^-crtc

^-AVOHH OTOO RTCRRÙiT ROTFTOROC ;5ett Hd^pdai RCAV qiCOR. Re2S_€ R^IOOT ÔOlèv UJG-

rots"^ avroc (fol. 32 recto) 2s_e n^oc es.1nis.2s.iAu tieion noiroTVi nT0.2s.uo e&oTv.
eniTonoc OTrog nTevRjiuoT1 AVAioq. ne2s.e nicoyrnp nes.q 2s.e tcohr Aveaue nes.R e£oim
CRiAves. nujconi eT£>en nujes.qe q>R eTCRnes.2s.eAvq 3en niAvtoiT maioujs es.7V.iTq rt«vR
ottoo^ Av.d>.2£.iio ekoTv. eniTonoc n£RTq oiroc) nexrtTCùc itTeiiAveTTi 2s.e oireneppeiev2
utc ni2s.id,t\o?V.oc Te AVAvon es.7V7V.es. cpeu ne nipn^- e«mes.ujcùni ujes/reRROiT r^cr-
rTVrciôv mcav q\u.onR Resres. ne^OTTWuj esuioR roc es.icev2s.i. totc 7V.oinon es.qTconq
R2s.e nenicoT exquje eSo-yn eniujes.qe eTCdoioim oiro£ nes.qepnpoceTrxiec«e\i3 AVAvexir
AVRie2s.wpg TRpq. eTes.qi 2s^e eqnnoTr eftoTV. o_i RUjex.qe n£e\ttes.Toovi es.q2s.iAv1 uott-
ROir2s.i nexcnesTuonR^ ecnes. OTrepTto rujir es.qco7rren Teq2s_i2s. e&oTV. evqoTVc e^qi

C^AVOttR. OTTOO AVeRGRCWC es. RCUOC IRC I Uje\ RCRIOJT ^TTAVORJI HCAV ROTTCpROTT

(fol. 3'2 verso) es/yccop e&oTV. rtqxen^ rt€ rstoroc otocj nes.ipn^- es. nes.iooT eesiu

Dans le temps qu'on n'avait pas bâti l'église, notre Seigneur Jésus le Christ
apparut à notre père apa Schnoudi. Il lui dit : «Lève-toi, élargis l'église et fonde
un monastère, bâtis un lieu5 en mon nom et au tien.» — Mon père apa Schnoudi
dit : «Mon Seigneur, où trouverai-je de quoi à achever le monastère et à le bâtir?»
— Le Sauveur lui dit : «Lève-toi, marche vers ta demeure qui est dans le désert,
et, ce que tu trouveras dans le chemin, prends-le, achève le monastère avec, et
ne pense pas le moins du monde que ce soit une œuvre du diable; mais c'est
ainsi qu'il arrivera jusqu'à ce que tu aies bâti l'église et le monastère selon ma
volonté. Je suis le Seigneur, j'ai dit.» — Alors donc notre père se leva, il marcha
dans l'intérieur du désert et il y pria toute la nuit. Mais lorsqu'il se mit en marche,
sortant du désert, au matin, il trouva une petite bouteille faisant une palme de
long, il étendit sa main, il la prit, il alla vers le monastère. Et ensuite notre
Seigneur Jésus vint vers mon père, ils marchèrent ensemble, ils élargirent les
constructions de l'endroit,6 et ainsi mon père désigna les manœuvres, les artisans,

I. Cod. n.T&.cjH<0t. — 2. Cod. oyenep^iis. — 3. Cod. npoceir^ec-o-e. — 4. Ce mot m'est inconnu.
Il désigne sans doute un vase d'argile provenant peut-être d'Ascalon, ainsi que le ferait supposer le
mot. Le texte arabe donne un mot qui signifie bouteille. — 5. Ici c'est le monastère et l'église, l'enclos
tel qu'il existe encore aujourd'hui. — 6. Mot-à-mot : ils augmentèrent les fondements de l'endroit.
loading ...