Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 22
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
22

E. AMÉLINEAU.

eiioTrwuj ee^.vue otthix1. totc es.q.u.oTT'^ eoircott maio«&^oc U2£.e ti^ioot ne2î_dwq
n^q ss_e MCvuje h^k e&oTV e^uj mmcoit 3en tkoï ^çk^sumi no-ypwMi eqoeAici
e£pm eqcam MïiiqoM ivre Teq^q^e oto^ epe oirott OTTive?V.toA. mmcoott nTOTq
^2sloc n^q 2s.e Tie2i.e ïieïuyq>Hp 2s_e uô^T£s. ïiipR^- eT^i2s_oc hmi 2s.e ge.u.ci n^j\
mti^imô^ ujà. ^-ep^OHiMôv^em2 Mniniuj^- npw.w.i 2s_e qnesTHiTOTT MMe^nevHT ujô.tt
MMoii qnioTT 2*.e tcouk ottoo €tô^ ïucoii mmohô.^oc uje «d>.q (fol. 33 verso)

e&oA eTHOi McppKq^ eTd. n^ioJT ott^ocô.o^hi ttô^q e^q2î_iMi MiupcoAU es.qces.2s_1 ne.uesq
Kesres. eTes. nesitOT 2slotott nes.q. TiipwMi 2s_e eTes.qi tues. itô^iooT nes.qooi epd_Tq

eqepujqiHpi caw-ujco.3 totc d^qcouj eftoTV. eq2s_co mmoc 2£.e 5en otmcômhi d.ie.u.1
M<q>ooTT 2*_e ottoh îipoq>RTHC ujooii £en Tevi.w.0KH nes/res. TiipH^ eTd.mes.TT 5ett
ne\£ie\\. ottoo Meuencooc evqq^ unmoTrfe AuiesicoT Mnpoq>HTHc esïies. ujenoTT^- ottocj
es.TTUjÀH7V. ôvTTiye nwoTT àu\& eko'A.giTOTq 5er. OTTgeipHUH^ eTT^cooir AvCp^- neAV. tm
eeoTres.& HTô,q.5

d.cujconi 2s.e noiregooTT es. OTrpooAu i eq>es. q^copes. M&ok ne q>es.i ottu evqi ujes. ne-
mooT nesq^en ott^mi 2£_e ROMeirnoc ottoo esqciOTe.u. ee&e niiyqîHpi htc nemoiT

vingt que tu as apportées en venant, voulant faire une somme ronde.» Alors mon
père appela un frère moine, il lui dit : «Va dans tel chemin dans la campagne,
tu trouveras un homme assis, peignant les cheveux de sa tête, et une cruche
d'eau dans la main. Dis lui : «Ton compagnon a dit selon qu'il t'avait parlé,
assieds-toi en ce lieu afin que j'éprouve le grand homme (pour savoir) s'il en
fera charité, ou non; maintenant donc lève-toi, viens.» Et lorsque le frère
moine eut marché dans la campagne comme mon père (le) lui avait ordonné,
il trouva l'homme, il lui parla selon les paroles que mon père lui avait dites.
Et quand l'homme fut arrivé devant mon père, il resta étonné grandement;
alors il s'écria disant : «En vérité je sais aujourd'hui qu'il y a un prophète dans
ce monastère, ainsi que je l'ai vu de mes yeux»; et ensuite, il donna l'or à mon
père le prophète apa Schnoudi, puis ils prièrent, ils s'en allèrent tous deux loin
de lui en paix, rendant gloire à Dieu et ses saints.

Un jour il arriva qu'un homme vint (au monastère) : il était d'un pays étranger,
il vint vers notre père et il habitait un village nommé Komentios.6 Il entendit

i. Cod. OTHne. — 2. Cod. ^■eps-.om.m.&.^m. — 3. Cod. jw.m».«jû). — 4. Cod. oiroipimK. — 5. On
s'attendrait à trouver ici $>k c-o-ots-^û: cependant la leçon n'est pas mauvaise. — 6. Ce nom de Komentios
n'est pas égyptien : il a une physionomie grecque. Champot.lion l'avait parfaitement vu.
loading ...