Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 23
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0129
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC. 2 3

n2s.iK0.10c1 d.nd. ujeno-5"^ ed.qi es'ic-u.oir e£-o?\.oiTOTq. d.qepo7rco Hd.q tt2s_e îi^icot
eq2s_o_. mwoc Avnd-ipn^- 2s.e d.iHd.c.u.07r epon ndoy npH^- (fol. 34 recto) eôvKipi
noTrniuj^- nno&i eq<>opuj e-u.d.ujoù. d.qepovco H2s_e nipcoAu n€2s_d.q .und.K>OT d.nd.
njencs"^ 2s.e qxcooim d.n noirnoÊii e0.10.1q duiott cd.p «.non OTr^picnd-noc2 oto£
eittd.p^ eq}^ tiTe Tq>e 1c2s.cn Td.MeTK07T2s.i. ne2s_e nd.i(OT nd.q 2s_e enipi3 Mq>.u.e7rj
d.» MTiieoooTr eTô.KOTroùAv. d-ncco otfoo Ô.KCHKOTK .Sen nenni. ciikrot 2ve 6. ni2^ie<-

&o"A.OC tt2S_d.2S_i epOd.?V mmok Ô.KTCOHK d.KOiTV.1 ïlTCKCHqi Ô.KI e&0?V. Ô.K2S.IAU ttOTPCOIAU

d.Kqico.5 nTecne2SLi SeM TencHqi. d.qepo7T(jo n2s_e nipcoAu ne2s_d.q 2s_e .Sen oiTAv.ee.uH
nd.noT eeo7Td.Ci ottauii ne nd.1cd.2s_1 1e mmou ^00 e&o?V. ujon noTrpco.ui npeqepno£ii
d.qujô.nepMeTô.noein.4 d.qepcyoo H2s_e nd.Ki.-T Mnpoq>KTnc ïie2s_d.q nd.q 2s_e ce oifoh
Av.eTd.noid. ujon eujcon d.Kujd.nepovnoAv.etteitt? e"yc£ko ed.i eqHid.THic ttd.K q}^ Hd.-
2£C0 ttô.K eftoTV. (fol. 34 verso) ee&e 2s.e q>q^ ottcouj qjMoir d.n Av.nipeqepnofti AuppR^-
ttrecTd.ceoq e&oTV. 5«n neq.uwiT eT-îoooTr ttTeqipi Mn10.Cd.eon otfoo ttTeqccm.5. .£en
^otthott OTrn €Tô.qcwTe-u eHd.icd.2s_i n2s_e TtipcoAU HTOTq .unenicoT d.qujcon Amiqcoi
nxe Teqd.q>e otfoc> d-qepq>opem " Amic^HAid. eeo7Fd.& d.qujooni MA\.ond.^oc eqcoTn

parler des merveilles de notre père le juste apa Schnoudi, et il vint pour recevoir
sa bénédiction. Mon père lui répondit en disant : '«Comment te bénirai-je, toi
qui as fait un grand péché, très grave?» L'homme lui répondit, il dit à mon père
apa Schnoudi : «Je ne sais pas le péché que j'ai fait, car moi je suis un chrétien
et je crois dans le Dieu du ciel depuis mon enfance.» — Mon père lui dit : «Tu
ne te rappelles pas le jour où tu as mangé, bu, où tu t'es couché dans ta maison,
et pendant que tu dormais, le diable, l'ennemi, t'a séduit, tu t'es levé, tu as pris ton
glaive, tu es sorti, tu as trouvé une femme, tu lui as coupé le ventre avec ton
glaive?» L'homme répondit, il dit : «En vérité, mon père saint, ce discours est
vrai. Est-ce qu'il n'y a point de pardon pour un homme pécheur, s'il se repent?»
Mon père le prophète répondit, il lui dit : «Oui, il y a repentir; si tu supportes
l'enseignement que je vais te donner, Dieu te pardonnera; car Dieu ne désire
pas (tant) la mort du pécheur que (de le voir) se convertir du chemin mauvais,
faire le bien et vivre. » Aussitôt donc que l'homme entendit ces paroles de notre
père, il coupa les cheveux de sa tête et il porta le saint habit : il fut un moine

1. Cod. __-.-_-R.eoc. — 2. Cod. OTs-^pi.CTiivvioc. — 3. Cod. stei-ipi. — 4. Cod. e.qujevi.epA-CTc.iom.
— 5. Cod. «...ujiMicpornoA-eitii.. — 6. Cod. £.qep^>opiu.
loading ...