Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 27
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0133
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

27

umcweiroc »Te ïiipw.vu rtfcq eTfcpeTeuoAo'y hîiotti otto£ fcuoiv -^HfcTpeq*^ Hfc\i nofc»
ottoh hjShtot. ne2s.e nipco.u.1 tifcq &£n oiroo^ 2£.e itfcicoT eeoTTfcft fcuoiv .u.wfc-yfcT fcH
ne eTfcio'A.cry.1 ne2s_e nfcitoT Hfcq (fol. 3j recto) 2s_e ^ewi £to TifcujHpi. T\e2s.e mpcoMi
autaicot 22_e ic2s_e qnfc2î_e nicfc2s.i fcti ugTVi npcoMi eirmpq 1e •fufcoTV.q ni-fc^-
tineqcïveTTOc Hfcq eircnF02S- MncrypH^- THpcnr. totc ïifcuoT .wott^ empwAii jwnpfcu-
JWfcTGiTTHc fcqepeqcopii «fcq 2s_e tifcOTreno niocok e&oTV. fcn ujfc ne^ooir MUfcJwoTF.
ottoo Tifcipn-^ fcqoAq fcq^- tifcq nneqcReTroc THpov JWïicrypH^- j\fcTfc îiipH*^ eTfcq-
epue7\.e7rem2 H2s_e neniooT fcnfc ujencns"^ otto^ fc nmpfcUMfcTeTTHC ^-«fcq uotthott
2s.i jwjwepoc £>en «eqcueTOc fcq^çfcq eftoTV.

Meneuccoc ou fcqTfcc^oq ujfc nemcor AU\poq)HTHC ti2s.e niupfcu.wfcTeirTHc ottoo
fc.q5î CM.OS- eftoAoïTOTq. ue2s_e ufcicoT fcnfc ujenoir^- ttfcq 2te nfcujHpi ic cmnue
^çoTrcouj eocoA. e-fno"A.ic pfcuo-f fcpi ^fcufcnu fcuujfcnuje e^oim niujopu uei2».oc3
eKHfcepfcïifcttTfcïi epoq (fol. 3j verso) ev^ M.uoq efeo'A. ujonq UTeTeuenq khi otto^
q>H eTeuufcTHiq £fcpoq ^HfcTHiq ufcu fcuujfcMTfce&ou ujfcpoi &en q>OToouj ;w.q>q\

pris par vol, et moi je ferai qu'il t'en donne une partie.» L'homme lui dit avec
crainte : «Mon père saint, ce n'est pas moi seul qui les ai pris.» Mon père lui
dit : «Je le sais aussi, mon fils.» L'homme dit à mon père : «S'il ne doit le dire
à personne des hommes, je l'emmènerai pour lui rendre ses biens en entier tels
qu'ils étaient.4» Alors mon père appela l'homme négociant, il lui fit faire (ce)
serment : «Je ne dévoilerai pas la chose, jusqu'au jour de ma mort;» et ainsi
(l'autre) l'emmena et lui rendit tous ses biens tels qu'ils étaient, comme l'avait
ordonné notre père apa Schnoudi, et le négociant lui donna une petite partie de
ses biens et il le congédia.

Ensuite le négociant revint vers mon père et reçut' sa bénédiction. Mon père
apa Schnoudi lui dit : «Mon fils, voici que tu désires aller à la ville de Rakoti,
fais-moi l'amitié, lorsque tu seras arrivé, de m'acheter la première chose que tu
rencontreras et que l'on vendra; apporte-la moi, et ce que tu auras donné pour
elle, je te le rendrai lorsque tu seras revenu vers moi, selon la volonté de Dieu.»

1. Cod. .w.AiekTakT neTcvioAoTJ1. Le passage est corrompu : je l'ai rétabli d'après un passage semblable
qui se trouve plus loin. — 2. Cod. eT^qcpKeAeirin. — 3. Cod. nis^oe. — 4. Mot-à-mot : entiers
selon leur manière.

4*
loading ...