Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 28
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
28

E. AMÉLINEAU.

Kipco.u.i 2s_e eTô_qqîoo e^çepeir eqnô. epô_H0^ n^-oimoTr e*ri\q_

enujcoi .Sen ïii2_loi <\q2s__au noTrpcoMi' epe otou oirrpd-'n.e^d. cmoit UTOTq eo-y-
oô.t Te d.qo?V.q nslom H22_e niptoAu etti\c UTOTq eftoTVjieu otfi hhlvioiih ivre
nemcoT es.iii\ ujeHOTr^ nipioAu eTenooT. oirop eTè. Timpô.tsu.è.TeirTHc Hivs- e^Tpd.-

ÏI€}d_ tt62__<\q H^pHI tt£HTq 2S.C 0-IUJd.ttUJCOÏl ttT-MTpô.T_e7,i-v UOÔ.T HTÔ_o7V.C MTHHïUj^-

nptoAu nTe q>q- ïiiujiïii _td_3£«_T s_u ttTô-OoTV 0A.1 nTOTq 2__.e <vqni\_ nui d-qTô_.u.o_
€nd.cKeTroc ottoo i\q-_-po"5-TH_TO'y hhi. ^-ttôviyonc d_n __t£\tô_ho (fol. 38 recto)
-\A.7V.oTpioH 5eu u0.2s.122_. oiroo_ eT-\quje e^oTTii e^-noAïc pd._.oq- ô.qepô.nô.nTc\n
enipooMi oh epe ^TpôvTie^èv HTOTq otfoo Mïiequjoïic. Menencô. iieegooir £_ ô_qepô_-
Tïô.HTis.n eniptoMi on eqTiooim1 n^Tpô.iie^d. MiieMeo eCioTV. noTon m&en oirop
a.nequjOTic <\n. eTô.q^ 2s_e HTeqnpeK-7Mô.Teiô.2 ekoTV n2__.e TtipioMi Mnpè_u.u.ô_TeirrHc
ô.qi e£_o?V. e2__eM q>id.po 2i.e eqnf>..\7\.Hi eni2s_.oi ô_ KiptoMi 1 ou ne.u. q"rpc\-ieTi-\.
ottoo MTiequjonc <\n. oird-- 2__e nniueq e*roi ïii2__.oi epe niTipô.^Mô.TeTTHC t<\Akott
epoq <\qujoT_c eô.q^ 2__. u7\.07mo2_l_ £e»_poc. u.>oq 2__e nô.q2s.w mmoc 2s_e ^■uô.oTV.c

Mais l'homme négociant', lorsqu'il eut atteint Chereu, se rendit à Alexandrie.
Aussitôt qu'il fut monté de la barque,3 il trouva un homme ayant dans sa main
une table pour recevoir la bénédiction : elle était en argent et l'homme qui la tenait
l'avait volée à un monastère d'apa Schnoudi, l'homme fidèle. Et lorsque le négo-
ciant vit la table, il se dit en lui-même : «Si j'achète cette table d'argent pour la
porter au grand homme de Dieu, la honte ne me laissera pas prendre quelque
chose de lui, car il a eu pitié de moi, il m'a enseigné (où étaient) mes biens, il me
les a fait rendre. Je ne l'achèterai pas afin de perdre ma dette dans mes mains».4
Et lorsqu'il entra dans la ville de Rakoti, il rencontra l'homme qui avait la table
d'argent et ne l'acheta pas. Et deux jours après il rencontra l'homme qui por-
tait la table en présence de chacun et il ne l'acheta pas. Or lorsque l'homme
négociant eut vendu sa marchandise, il alla sur le fleuve afin de monter sur la
barque; l'homme avec la table alla de nouveau, et il ne l'acheta pas : mais un
des matelots qui étaient sur la barque où il était monté, l'acheta et donna quatre
pièces d'or pour elle. Et lui, il dit : «Je la porterai au monastère d'apa Schnoudi,

I. Cod. eqTûiOTiiOT îr^TpA.ne'jiv. — 2. Cod. iiTeqnp-v^A.ô.Tns.. — 3. C'est-à-dire qu'il fut descendu
à terre : les Egyptiens disaient aussi bien «monter à terre» que «descendre à terre». — 4. C'est-à-
dire : je ne dépenserai pas mon argent pour acheter quelque chose qui ne m'appartiendrait pas.
loading ...