Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0135
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

29

eriTonoc n^Kôw vyeHoir^- nipooAu ktc qv^. eTes.Trq>oo 2^e eTOTnioTUc es. nineq cfi
n-fTpes/ne^e*. e«,qenc eTUMOttexCTHpicm ottoo exqTHic miiôvJcot eq2s_cû mmoc 2£_e
^ottcouj TeuTpôoie-^ n.<Ti cmott ïiTenujonc nevicoT (fol. 38 verso) ne2£_e tiôwIoot nex.q
2s_e ce is.7V.7V0. Ju.evrds.MOi 2*.e eu^ o?mp ujes.poc nes.ujHpi. ne2s_e iimeq 2s_e e*.i^- h

ïlA.OTK02£_i iSespOC He*i00t. Iie2SL€ ÏTÔsKOT exiles. UjeHOTT"^ iies.q Mq>H HôvUJHpi es.U0.tt

MTiep2SL€ .vveonoTr^i. e\» es.7v7v.es. 2s. n7v.07n\02£_i ne eTexivrHiTOTr 3e\poc.' îiestexq ni-
neq nes.q 2*_e exgds hôsI outcoc ne eTeviTHiTOTF2 £es.poe 51tc hôsR os ïi&kot eeoTes.fi.
ne:x.e nevicoT ne^q 2$.e 5i e nTV.OTniosî.i neui £expoe ndtUjHpi. neoq 2s.e ne2£_es.q nexq
2s_e ■ynes.Ti oTVi £expoe es.» itexicoT e*pi nexMeTTi £en tteï\uj?V.K7v e€>o?re\£i neucoT. otfo£
nes-ipu-f ès.q'Ti cmott esjqi edoTvoiTOTq mtiôsIWT exquje nes.q eneqm eq^woir Mq>-\\
n2s.a)ii 2s_e noire\2ic»T neoooTF es. ïimpes.cMevTeTrTHc eTMMevr q>H eTe* ïiexiayr q^ ue>.q
imeqcKeToe eTes.Tnio7V.ïioTr e\.qi eniMcmexCTHpjcm q>u eTMAv.es.tt neTes.q2j.0c nesq 2J_e
niujopn nei2s_oc3 eime\epe\Kes.uTe\H epoq eir^- MMoq e&oTV. ujonq o?fog exHiTq khi
eTeMnequjouc ' eTe ees.i Te ^-TpeuietA eTes. nmeq ujonc MiiexicoT. (fol. 3g recto) otoo

l'homme de Dieu.» Et lorsqu'ils furent arrivés à leur ville, le matelot prit la table,
il la porta au monastère et la donna à mon père en disant : «Veux-tu acheter
cette table de bénédiction, mon père?» Mon père lui dit : «Oui, mais apprends-
moi combien tu as donné pour elle, mon fils.» Le matelot dit : «J'ai donné pour
elle huit pièces d'or, mon père.» Mon père lui dit : «Point du tout; allons, ne
dis pas de mensonge; mais tu as donné pour elle quatre pièces d'or.» Le matelot
dit : «Oui, en vérité, c'est ce que j'ai donné pour elle : prends-la pour toi, ô mon
père saint.» Mon père lui dit : «Prends cinq pièces d'or pour elle, mon fils.» Mais
lui, il lui dit : «Je ne prendrai rien pour elle, mon père : fais souvenir de moi
dans tes prières saintes, ô mon père.» Et ainsi il reçut sa bénédiction; il s'en alla
loin de mon père, il marcha vers sa maison, rendant gloire à Dieu. Au bout d'un
mois de jours, ce négociant auquel mon père avait rendu ses biens qu'on avait
volés, vint au monastère : (c'était) celui-là même auquel (mon) père avait dit :
«La première chose que tu rencontreras lorsqu'on la vendra, achète-la et apporte-
la-moi,» et il ne l'avait point achetée, (je veux dire) la table que le matelot avait

1. Cod. nepoc. J'ai reconstruit la phrase d'après le contexte; car elle est fautive. — 2. Cod. ne-risi-
THiTOir. — 3. Cod. ni!x.oc. — 4. Cod. eTe.suinequjonc.
loading ...