Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 31
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0137
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

3i

pnc n^HMi eneqpd.tt ne ujenou"^ otùk ui&en eiy^q^oToir ujô^ujooni AiMee.vini.
oto^ ne2£.e noirpo 2î_e ïiôvUtwc cypcoMi eqoirdA ne HTe noe. neupïr^ Aineqepèv-
Aie7V.ec en-mpq U2s_e nenrpo mm&mcnr^- e^?v?v^ ^qe£ea tt07renicTO?VH ujôv netucoT
.uitpoqjHTHC ôoiô». ujenoTT^ eccâHoirr AuiôaTvnoc èvïiOH ne niôwTeMniyev no^rpo
eeo2^ocioc niHOTT2SLi q>H eTôw qnmft q>q- ^ n^q n^-.ueTcnrpo n^ps. n^.uuje^1 eic-
epô/m oj m^cioc eoià. ujenoTr^- cppcoAU .wq>^- £en oirMeoMHv ^-ottcûujt .u.w.011
o) nôwKOT eeoirôJi (fol. 40 recto) ottoo epou eepeKCRTrTvi mmor UTeui uj^pon

eepenep neAvnuj^ MneueMOTr neM n^ TeuioTvic THpcnr 2*.e ^"MeTO-ypo nejw. q-cmi-
kTvhtoc THpc 2i.oirujT eftoTv 3^th HTeRnô,ppKci^ eeoir^Ci uj^pcm. .u.q>cop ovn
nemojT e©ott^£i AuiepepdoveTvec ei ujevpon TenoCii2 pes.p a\.aa.oh ueA*. Heï\c&too7ri
eeo7F&& npoc nipH^ eT&. hh eenHcry uj^pon 2s_oo epon nnigAioT ctô. q>q- ep^^-
pi^eeeaa3 maiwot ii&ji. ô^pi neuMCTTi 5en iieKuj?\.H?Y eeoir^Ci C5"2s_èa £e« q>p&u
n^piid Tpi&c. oirog d^qTiùft »^enicTO?v.H e^qTHic noirûepe^ôvpioc^ ecptoq ne
eiTAV.oTrq- epoq 2£_e e7T2^ogioc oirog ^qc£&j rtiieom ep^Tq Mni2voir^ «Te ^hti-
ncooT. ottoo es.qi e^HMi ii2s.e niàepe2v^pioc5 evqi epHc ô^quje e5oirn e^noTvsc

arrive en vérité.» Et le roi dit : «De toute manière c'est un saint homme du
Seigneur.» Aussi le roi aimant Dieu ne fut pas du tout négligent, mais il écrivit
une lettre à notre père le prophète apa Schnoudi, écrite de cette sorte : «Moi,
l'indigne roi Théodose le Jeune, à qui Dieu le Seigneur a donné la royauté mal-
gré son indignité, je t'écris, ô saint apa Schnoudi, homme de Dieu en vérité. Je
t'adore, ô mon père saint, et je te supplie de te hâter de venir vers nous afin de
nous rendre digne de ta bénédiction avec tous ceux de ma ville, car le sénat et
le royaume tout entier attendent ta présence sainte près de nous. Donc, ô mon
père saint, ne fais pas négligence, viens vers nous, car nous avons soif de toi et
de tes enseignements saints, d'après ce que ceux qui sont venus vers nous nous
ont dit des grâces que Dieu t'a accordées. Fais souvenir de nous dans tes prières
saintes. Salut au nom de la Sainte Trinité.» Et il scella la lettre, il la remit à un
vérédaire qui lui appartenait, nommé Eudoxius, et il écrivit une autre petite
(lettre) pour le duc d'Antinoé. Et le vérédaire partit pour l'Egypte, il arriva dans
le Sud, il entra dans la ville d'Antinoé, il donna les lettres au duc; et ainsi ils se

1. Cod. Tiivpjs. ne.M.uj&. — 2. Cod. TeituoÊi ce qui signifie «nous péchons». — 3. Cod. ep^^pi^ec^e.
— 4. Cod. fiepcTô.pioc. — 5. Cod. ûepeTCvpioc.
loading ...