Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 35
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0141
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

35

ii€m neiuy?\.h?v. eTCM^pwcTrT. n€2s.e nevicoT n^q 2s_e epe noc jkc n^c cmott
epon co noTrpo aimmiiot^ ïicav TeimoTvic Tiipc ottoo nTeqTdv2s_po nen^ponoc
•u.q>pn^ Avqi^. neiuo^ eeoTT&fr &pi\dw^ioc hca\. onopioc 1 ottoo HTeq2SL€r2 «hhott
e&oTV. £en cpu^o^ nneTenio^- epeTenTdv2s_pHOTTT n;£HTq oto^ epeTen^peo enien-
toTVh3 H€av q>n^o-f nnenio^ nis.nocTo?Voc. ne2î_e noTrpo mtiôvIcot 2s_e o£i neMdwtt

uo^tt HOTT2M UeOOOT TIÔvICOT eOOTTÔvft OIUô. HTCilCI MMOR. n62S_€ ÏIÔvUOT it^ci 2S.c

-^•ep n^peie^4 nuje hhi e.pi ^f&.hh câeM noireiiicTo7V.il 3eu nenpeui (fol. 43 recto)
iiTôkTHic AUiikepe^evpioc5 2s_e nueqoTTô.0 TOTq e-^oici hhi eenT ep^Tu ïtiiecon
dû\?v^ uTeqT^ceoq Od,pon ^eu OTroeipunii13 new. uh eeueM^q. totc iroTrpo eeo-
2s.ocioc Êvqc;iM uoTrenicToTvu Aut^ipH^- 2î_e saion ne noirpo eeo2s.ocioc eic£^i
neTT^o^ioc niftepe2^pioc ~ 2s_e ;£en ^ottuott eT6RKô».5i tm^icSda HTOTq Aurpo-

qJHTHC ôOT£v UjeïlOTT^- TIITXpecClTTTepOC OTTOg niMOHd/)£OC OTTOO ÏII^p;)<MM£ai2s.piTHC

q>ô>.i eT^qi uje^poi MUdwieaLcopg hjSotth eniMà. e^etmoT h^HTq n^uf 2s.e upir^ q>^
neTccooTT» icoc mmoii ôvMott ottoo ntteiioT&g totr eenq uj&pou. ottoo on Js.qc£ôa

sainte et de tes prières bénies.» Mon père lui dit : «Que le Seigneur Jésus le
Christ te bénisse, ô roi aimant Dieu, avec ta ville entière, qu'il affermisse ton
trône comme celui de tes pères saints Arcadios et Honorios, et qu'il vous rende
parfaits dans la foi de vos pères : soyez affermis et gardez les commandements
avec la foi de nos pères les apôtres.» Le roi dit à mon père : «Reste avec nous
quelques jours afin que nous nous rassasions de toi.» Mon père lui dit : «J'ai
besoin de retourner : lais-moi l'amitié d'écrire une lettre en ton nom afin que
je la donne au vérédaire et qu'il n'entreprenne pas de me violenter pour m'a-
mener à toi une seconde fois, mais qu'il revienne en paix vers toi avec ceux qui
l'accompagnent.» Alors le roi Théodose écrivit une lettre de cette sorte : «Moi
le roi Théodose j'écris à Eudoxios le vérédaire, à savoir qu'à l'heure où tu auras
reçu ces lettres de la main de notre père le prophète apa Schnoudi, le prêtre, le
moine, l'archimandrite, qui est venu vers moi, cette nuit, dans le lieu où je dor-
mais, de la manière que Dieu sait : hâte-toi, viens, n'entreprends pas de l'a-
mener vers nous.» Et en outre il lui écrivit d'autres secrets qui étaient entre eux

1. Cod. oiuiopioc. — 2. Cod. scoh. La même main qui plus haut a biffé l'o et mis e en dessus. —
3. Cod. iimToAn. — 4- Cod. ivjçpia.. — 5. Cod. TiiÊcp£T<s.pioc. — 6. Cod. oTOipiuut. — 7. Cod.
nifiepeTevpioc.

5*
loading ...