Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 36
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
36

E. AMÉLINEAU.

uj^poq noô^n ueMircTHpion e-y^en tottmh^- oi ottcoti no-ypo neM nikepes^pioc1
oiro^ ^q-roftc jSeK nequjs'oirp ^qTHic Auieniovr oirog d.qep^cTiôw^ec«^i2 MMoq
es.q'Ti Mïieqcw.o-y (fol. 43 verso) ô^qi e&o?V.oiTOTq Seti o-ygeipHriH.3 Menencwc es.
^■51ktii gcoTVeM mti^ioot on &.cenq eixi-M.oM^cTHpion âen messLtopo^ hottcot oitoç)

ô^qep qVîTHd^IC H€M WICttHOTF au\i 624.00pO HOTTCùT £e« ÏTIMOttô^CTHpiOïl M.KôvTe

tuotomhi ujôvi ne ottoc) MnepTVi cau 2£.e ^qocoTV. ujô. ïioirpo oiro£ è^qKOTq eneq-
AionevCTHpion. €tôw toovi 2s.e ujooni ïte2s_e m&epess^pioc* MnevICOT eeoTTd.fi Mnpo-
ecTcoc5 2s_e e^pi ^uesoiH tcohk M.ô,pon tidvtt 2s.e nneKim e2s_(0i ttoimiuj^- hho&i
neM. ottmêoh ^ôwTen h^oc noTrpo. ne2*_e tiô^icot .uni£iepe2\^pioc5 2s.e d^n^t ïiô».-
ujHpi 2s.e ^hô^ocoTV. ujô». itoirpo HTeH2s.oc n^q 2s.e ô^qep :Se7V7Vo npooMi. ïie2s.e m-
fiepea^pioc? n&q 2s.e ic2s_e ^.ttHOTr evu 3en neROTrcouj 1e ^hô.oTV.w e<)Ud.k es. h. eTes.
neacoT eMi 22_e ques.o?Vq «2£.onc o-yog 2s_e qnesuje ne\q extt (fol. 44 recto) nxeq^esq
totc ô^qo^i Teq2s.i2s. e3oim 3es. TeqcToAH es.qmi efeoTV. n^-emcroAH htc noirpo oiroc>
es.qccoo-5-Ten mav.oc ,\uii£iepe2s_espioc.8 neoq 2s_e eTes.q'TiTc e*q2SLOirujT es.qcoT(Ottc 22_e

ensemble, le roi et le vérédaire, et il la scella de son anneau, il la donna à mon
père qu'il embrassa, il reçut sa bénédiction et (apa Schnoudi) sortit d'auprès de
lui en paix. Ensuite le nuage enleva mon père de nouveau, il l'amena au monas-
tère dans la même nuit, et dans la même nuit il fit la cynaxe dans le monastère
avant que la lumière ne parût, et personne ne sut qu'il était allé jusqu'au roi et
qu'il était revenu dans son monastère. Lorsque l'aurore parut, le vérédaire dit
à mon père saint le supérieur9: «Fais-moi (cette) amitié, allons, afin que tu n'a-
mènes pas sur moi une grande faute, avec la colère de la part de mon seigneur
le roi.» Mon père dit au vérédaire : «Daigne, mon fils, aller jusqu'au roi pour
lui dire : L'homme est devenu vieux.» Le vérédaire lui dit : «Puisque tu ne viens
pas de bon gré, je t'emmènerai malgré toi.» Lorsque mon père connut que le
vérédaire l'emmènerait de vive force et ne s'en irait pas en le laissant, alors il mit
sa main dans sa stole, il sortit la lettre du roi et la tendit au vérédaire. Mais lui,
lorsqu'il l'eut prise, il la baisa, il reconnut qu'elle était du roi, et il se prosterna

1. Cod. iiiÊepcT^pioc. — 2. Cod. cqep^cna^ec^e. — 3. Cod. OT^ipmiH. —4. Cod. niûepfeT^pioc.

— 5. Ce mot qui signifie magistrat est assez difficile en cet endroit. Je ne vois pas bien quel sens il
peut avoir pour Schnoudi. — 6. Cod. ÊepeTe.pioc. — 7. Cod. mûepcT&pioc. — 8. Cod. niÊepeTa.pioe.

— 9. Ce sens n'est qu'approximatif.
loading ...