Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 37
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0143
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

3?

<2>ô^ ncnrpo Te otoo ô.q2s.OT5-ujT e£o?m £eu ngo JW.Hdk.ioyr eeoTô>& ôoi^ ujenoTT^-.
ne2£.e tiôvIoot neoq 2s_e d^oTocm mmoc oto^ oujc. otfocj eT^qep £>htc ucouj h&htc
ô>.qi enecKT e22.en Hi.u.vcTnpicm1 eTOTrrcoq neMô^q ^qujoyni eqcopejw. hojit ■
m^-ottuot d». ïi^iovr epccpp^ci^em2 Auu.oq ujôvTe neqpHT ceAumTq OTrog MCKeti-
ccoc is.qcouj maioc THpc. eT^qimn3 2s.e eqoouj maioc côwTOTq d^qgiTq eSpm 3es.-
P^tott nnenS^'A.^'yisL aui^icot ïi€2s_ivq nô>q 2s_e ôv?Vh«coc Tièvoc hicot iveou
o-yptoMi hujot^ôv tteq5ôvÀôv7r2s. ecxoAu &n e2£.eu thhôv^i eTCTôv^eM. OTrop ne2S-ôvq
n^q 2î.e eioTroouj (fol. 44 verso) eopi 3^totk tiTôwep Moti^oc. ne2te ti^icot
2s.e mmou nôvUjHpi ô<7V?V.^ tcouk. tvreuuje iteui ep^Tq Auioirpo 2s_e equjmi^ hccùk.
n-eoii iteM neRMôwTOi. Tte2s_e TTi&epeas^pioc nô.q5 2s_e ô.pi q^Pdam ndwiovr eeo-yivû
«TeiicMOT epoi £e« neupcoq eeoTT6.& co niMdc&HTHC6 ïiaLOopi otfo£ q)Môv «otfoç)
Aiq>^-. ixeacoT 2s.e ^qcMOT epoq eq2s_co aiaioc 2î_e epe noc me n^e cmott epoR
OTrop tiTequ^cweii e£io?\.Oôv ni22_op2s_c htc Tti2^ic».£io7\.oc enrop HTeuepuTVHpouo-
Mem7 nm^côv^on ee.w.Htt e&oTV ujôw enep. oirop Tiè.ipH'^ ô^qi efeoTVpiTOTq Mne-
mtoT èvqMouji pi TieqA^coiT epdwTq A\.ncnrpo ecetiTOTq n:x.e ^■eTiicToTV.H ctôv TienicoT

devant la face de mon père saint, apa Schnoudi. Mon père lui dit : «Ouvre-la
et lis-la»; et lorsqu'il eût commencé de la lire il arriva aux mystères qui étaient
entre lui et le roi,8 il devint fatigué de cœur. Aussitôt mon père le signa jusqu'à
ce que son cœur se fût calmé, et ensuite il lut la lettre en entier. Lorsqu'il eut
fini de la lire, il se jeta aux pieds de mon père, il lui dit: «Vraiment mon seigneur
père, tu es un homme digne qu'on ne laisse pas tes pieds fouler la terre impure.»
Et il lui dit : «Je veux rester près de toi pour me faire moine.» Mon père lui
dit : «Non, mon fils, mais lève-toi, va vers le roi, car il t'a demandé, toi et tes
soldats.» Le vérédaire lui dit : «Fais-moi l'amitié, mon père saint, de me bénir
de ta bouche sainte, ô disciple robuste et demeure de Dieu.» Mon père le bénit
disant : «Que le Seigneur Jésus le Christ te bénisse, qu'il te sauve des pièges du
diable, (afin) que tu hérites des biens durables pendant l'éternité.» Et ainsi il
s'éloigna de notre père, il marcha son chemin vers le roi, ayant en main la lettre

1. Cod. itiA\.ircTH (sic). — 2. Cod. epc^pjwi^m. — 3. Cod. tT<\qi\H a^e. — /]•• Cod. scequjitu. —
5. Cod. niÊepeT&pioc. — 6. Cod. nij«.iv*iTHC. — 7. Cod. iiAiipcmoMiu. — 8. Mot-à-mot : entre lui
et lui. Cette tournure est très elliptique et obscure, mais très fréquente.
loading ...