Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 42
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0148
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
4^

E. AMÉLINEAU.

neM tieqekiixm. ni£\7V.0TT ;x.e n^oTynoT dwqoiTq e£pHi £e\pe\Tq Miies.icoT eôOTre\£i
o epoq 2s_e ^co hhi efroTV. euep hoCii. otto£ Meuenccoc e^qi eftoTV.oiTOTq MiièvicoT
n2i.e ni£e?V2V.o ^nex Mô.pTTrpioc eq-^ coott Mcp-^ ottoo eqep ujqjHpi Mq>H eT^qtycoïii.

^cujconi a^e on hottcoh es. nenicoT .u.npoq>HTHc esjies. ujeno-y^- (fol. 48 recto)
ocoTV. vues. niRoiM.HTes.TGin me nioTrpGiOTT ujes nioTrpG>oTT neTrcekHc1 ee&e itisin-
tfonc epe niesp^çoon ipi mmooott ttttiOHRi. eTesquje 2».e e£oiTtt e^noTVic es. TftesRi
THpc JW.onjwi.Gtt e-oîie TeqnexppHCïes. ujespoooTT. ottoo nespe ottoh ni&en hhott ujes.-
poq nés nmev'A.esTiott2 hcm ne». ^noTvic THpc evîTi cmott eko?V.oiTOTq j£en otthiuj^-
nescr^ ottoo nespe cpoiresi qiOTresi ojTVi MMoq e£oTrn €Hotthi 2s_e gn^ HTequj?V.h?V
h£htott. Aoinon OTTtt eqMOuji noTregooTT eepequje enHi3 noTT2s_esi £en ttH ct-

TesJHOTTT HTOTq MHOTTpO ttTeqUj7V.H7\. MMesTT. ottoc) HïegOOTT h€ es.qept)HTC tipiHI

ottoo es. ninesTT ujcùhi uootto eepe tticttHOTT eeneMes.q ottg>m mhottgmr ottoo totc
nesTT^peMpe.u ne eTT2s.w mmoc 2s.e nenitOT ne\£0T&en Mnesipn^- enoTToouj ece ott-

HOTT2S_i MMGiOTT. HC HCHOTT Uesp MHIUJCOM tt€ OTTOO_ es. ttH eTesTTgGiA. (fol. 48 Verso)
€HCOttCTivHTÏttOTTHO?V.IC4 22_0C 22.6 Hjespe OesH HIUJ^- HResTTCOOH5 UJOOHI HâHTC. H€HICOT

Et ensuite le vieillard apa Martyrios s'éloigna de mon père rendant gloire à Dieu
et admirant ce qui avait eu lieu.

Il arriva une fois que notre père le prophète apa Schnoudi alla vers la chambre
royale, vers les rois pieux, à cause des violences que les officiers exerçaient en-
vers les pauvres. Lorsqu'il fut entré dans la ville, la ville entière s'émut à cause
de sa présence parmi eux, et chacun venait à lui. ceux du palais avec ceux de
la ville entière, se faisant bénir par lui avec une grande foi, et chacun l'emme-
nait dans sa maison afin qu'il priât pour eux. Un jour donc il marchait pour
aller dans une maison sainte parmi ceux qu'honorait le roi afin d'y prier, et le
jour commençait à s'incliner et l'heure était passée où les frères qui l'accompa-
gnaient devaient manger leur pain, et alors ils murmuraient, disant : «Notre
père nous tuera de la sorte, nous voulons boire un peu d'eau»; car c'était le
temps de l'été et ceux qui sont allés à Constantinople disent qu'il y fait une
grande chaleur. Mais notre père apa Schnoudi connut en esprit leur murmure,

1. Cod. eiic-rceÊHc. — 2. Cod. k;s nm&.Wa.TioH. — 3. Cod. e^pequje nui. — 4. Cod. kcoct^ïi-
tiuotiio'\ic. — 5. Ce mot doit être de très basse grécité. Cf. Voyage d'un moine égyptien, loc. cit.,
où je l'ai corrigé à tort en iuvtmjv, p. 15, note i.
loading ...