Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 46
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0152
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
46

E. AMÉLINEAU.

eT^qepoiiTc mmouji eitiMcoiT eujtoït 2s^e HTeqqîoo eniMCs. eT^TrecoMc nmq>ôkp.u.^ReiôwI
n^iiTq uj^pe kïco ooi epfsrq otoo nTequjconi nTeqqi^T. £en ^■crmoir uj^ttottcoïi^
eftoA. H2£.e Miq^pMiuieiô.2 utcoott oto^ ujôvpe iteutoT cô.2s_i h«m nigrnepeTHC 2s_e
concnr nTeuôwUjoTr enoTs\uo7rr. ottmhuj ncon uj&pe ïiiçrrTiepeTHC e^Aiouji ne.u.dwq
picnri emico 2s_e aiouji. ïi^icot 2s.e uj£vqcdw2s.i ne-wevq 2s_e ;x>q eqeMi3 u^p eqiH
eTeqipi MMoq4 (fol. 5 1 recto) oiroo ne ujô<q2î.oc MTiïgimepeTHC 2s.e 'Tî nniCKevoe
nTeiv^ô/y ttTOTK ujevTenuje e5o7m eniquu HTeHdwUjôvTr enoTAioTT. eT^quje 2^e
eSoTn enï^\ui nioeATVHnoc5 ne^T epoq neM nicneiroc hoir eir^en nen2£_i2i.
Auiipiraepe'nic. 5en q^o-moT ^irq>(x>t cnrop ^Tepd^oTrwnp eftoTV.. ïi^icot 2».e ^q^"
MneqoTroi eScr?m eniepqiei 0vqoTOi2s.11 nnei2^co?V.onG e24.cn noirepHoir ô.qTôv-

Menenca^ tt&i ne cyon otmotti c^neMenT Mcpie^po epe oiron g&.n pKT
tt^HTc uj6.ttmot5"^7 epoc 2s_e «vucyi MïidaiepHOTF ec^u AineMôo eftoA nqhioA.ic
ujMin ne. hioc 2s. e htc ni^TooM eTe-u-w^Tr ne pèui pe?V'A.HHOcs ne eTci-^ nnmpn
eeÀOMc nre ^motti e2s_en nioiriH nôwTes. poAvni eTmjs^ mmwot 3ch oir5in2î_onc

chemin. Mais lorsqu'il approcha de l'endroit où l'on avait enfoui les recettes
magiques, l'âne s'arrêta pour creuser du pied, et à l'instant les recettes magiques
apparurent. Et mon père parla avec le serviteur : «Prends-les, pour les sus-
pendre à leur cou.» Souventes fois le serviteur qui marchait avec lui frappait
l'âne disant : «Marche;» mais mon père lui disait : «Laisse-le, car il sait ce qu'il
fait.» Et il dit au serviteur : «Prends les vases, porte-les à la main jusqu'à ce
que nous arrivions au village afin que nous les suspendions à leur cou.» Et lors-
qu'il entra dans le village, les païens le virent avec les vases de magie dans les
mains du serviteur, aussitôt ils s'enfuirent et disparurent. Mais mon père pénétra
dans l'intérieur du temple, il renversa les idoles les unes sur les autres, il les
détruisit.

Après ces choses, il y avait une île à l'occident du fleuve et dans cette île des
jardins : on l'appelait l'île de Panehîou, et elle était située en face de la ville de
Schmin. Mais les maîtres de ces jardins étaient des païens qui vendaient frau-
duleusement des vins putréfiés de l'île aux laboureurs chaque année, exigeant

1. Cod. imi'Y><\p.Mi\xMi\.. — 2. Cod. iir\>^.pj.i;\^ii\. — 3. Cod. qc.M.1. — 4. Cod. ju.oq (sic). — 5. Cod.
luçe'tViuioc. — 6. Cod. îmi^coAcm. — 7. Cod. ujA.otjw.ott (sic). — 8. Cod. çjMi ç^eAmioc.
loading ...