Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 47
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0153
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

47

AiqiH eTeuTOJOT e^n. niOTrm 2s.e eTïMMàT ^TrriooTrn (fol. 51 verso) ô.tti eniMo-
HdwCTHpion ^tt^cjo enô.icoT e^oTTdvà Mixpoq>HTnc ô.tiôw ujenoTr^ ottoçj evy2s_co epoq
h.m5iti2S.onc eTepe nipcoMi ipi maicoott hcoott hcav. mc>02s_<)e2£_ eTOTrn^HTq. nentoT
2s.e AUipoq>ivmc Tt€2s.es.q nwoT 2£_e Tenenno-y UTeTengcoA oTrog q}^ n^ep neTen-
Od,n. ottoo ^qTtonq H2<t.e neniooT AinpoqjnTHC ^n^ ujenoir^ 3en ïiie2£_copc) e^quje
ekoA e^-.vioTTi eTeAVMôwTT eTOi2s_en niAiiooTT epe hi6"coai puT gi2î_iùc ^q^ noTruje nîiea
£en nm^oi nxe ^-motti A\.ninoTT2£-i nftèvi eT3en Teq2£.i2s_ ottoc> ne2s_ô,q 2*.e ei2*.e epo
neo co ^-Aum nTe n^neonoTT MôJAje ne e^Ain^- Mq>i^po nTetoAvc ujô. enep^ ncennn
€"5"^- £sci nnioHRi ee£m^\ £en ^-OTrnoTT ^ ^-motfi iicav niJTcoM neA*. m^çfs. Av^ncooTn
OTrtoTeÊ ôvTruje coaih^- AvqMdwpo ottoo ^ ïximioott poo&c e£so?V o^i2slojott (fol. 52 recto)
MTièvTe RioTcoiHi i ekoTV. ottoo ^ uie2s_HO-y epocoT €2S-iooTT. ïies.ipnq- ^ q>pôai A\.q>^-
<ji (ùott efto7\.oiTen neniooT e«OTre\.£> es.ïiôs. ujenoTr^" nieAiHi.

^cujcotii 2^e on noTrcon ^ OTreoooTT myea ujcom £en niMon^eTnpïon ecpe*. ne-
nio^ ne èv oôwM OTron 3en ninA.Hpinoc neAi nivy'^ÀTHC i eSoTrn eniMon^cmpion
ô.ts"^ noTTOTroi1 e^OTrn enes.ncT es.nes. yjenoTrq-. ^Trepe^iTem2 Auuoq noT5-uoTT2£.i nnpn.

d'eux avec violence ce qui ne leur était pas dû.3 Mais ces laboureurs se le-
vèrent, ils allèrent vers le monastère, ils prièrent mon père saint, le prophète
apa Schnoudi et lui dirent les violences que leur faisaient les hommes et la mi-
sère dans laquelle ils se trouvaient. Mais mon père le prophète leur dit : «Vous
autres, allez-vous-en et Dieu exécutera votre jugement.» Et notre père le prophète
apa Schnoudi se leva dans la nuit, il alla dans cette île qui était au-dessus des
eaux (et) où il y avait des jardins, il frappa un palmier dans la terre de l'île avec
la petite branche qui était dans sa main et dit : «Je te le dis à toi, ô île de Pane-
hîou, va dans le milieu du fleuve, submerge-toi pour l'éternité, afin qu'ils ne
fassent plus souffrir les pauvres à cause de toi.» A l'instant même l'île avec les
jardins et les maisons se déplaça, ils allèrent au milieu du fleuve et l'eau les re-
couvrit avant que la lumière ne parut, et les barques naviguèrent par dessus.
Ainsi le nom de Dieu fut glorifié par notre père saint, apa Schnoudi, le véridique.

11 arriva aussi une fois qu'il y eut un jour de fête dans le monastère en l'hon-
neur de nos pères : tous parmi les clercs et les chantres entrèrent dans le monas-
tère, ils s'approchèrent de mon père apa Schnoudi, ils lui demandèrent un peu

i. Cod. *.u-^- itottoi. — 2. Cod. CTcpeTiti. — 3. Mot-à-mot : ce qui n'était pas à eux.
loading ...