Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 48
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0154
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
48

E. AMÉLINEAU.

tot€ evq^- Toir^xipei^ ncooTT. Menenccoc ex-yepe\STein' MMoq nges.n ne^çoooTrni
ottoo ^qTiiiTOTT ticooTT eqpevuji. omoicoc on evTFOTrexgeM epe^sTem2 MMoq 5en tott-
m€tô^tci ottoo nevTVin exq*^ ïicoott .uq>.u.ex£ t* ttcon. es. nn eTgeMci £exTOTq ep uj-
qiHpi nTeqMnTpequjencmT ovot) ness-cocy nexq 2£.e ecyujexnoc)! eirepeuTem3 maum\
^nevooi eïv^ tuocy. (fol. 5 2 verso) ne2S-evq noooir 2S-e ce ex.7V.7V.ev cenexOTrexg totott
ecco on nées, nn eivien nexi.w.ex ens2^_n AiMon TOU"c>e?Vnic mmmt £en nineexiwn.^
evqujojni 2s.e no-ycno-y n2*.e o-ygeTvTVnnoc5 eneqpes.n ne c^ecioc0 cpexi ne OTrexce-
ftnc ne Avnio^ooir OTop nex.qep&7Ve\cqjH.u.ein7 en^çc eq2s_eoTrev epoq 3en Teq-
MttTco2£. neM TeqMeTnevnoTrpuies. eT^oocy. neniWT :x.e n2vine\iocs erevqeAvi eneq-
MeTpeqîs.eo'yev exqcooircopq eq2s_co mmoc 2s_e eTreAvoirp .uneqTVevc e^ini nTe Teq-
'5X7V02S- e£pm £en e\Men^-. OTOg eTe^q^oTT q>ea ne nipn^- eTevireac nexq exqep-
Meepe ne«.n ti2s_e nexioJT 2î_e euepeecopem l-> Ai.uoq e^pm £en exM.enq^ epe neqTVevC
MHp eq^ini nTe TeqTex7Vo2s_ eTrepftes.eexrtïT.ein"' MMoq 3en c5\u.eTe\T^evco eefte
TeqMeTevce&nc.

de vin : alors il leur donna ce dont ils avaient besoin. Ensuite ils lui en deman-
dèrent encore d'autre et il le leur donna avec joie. Semblablement ils répétèrent
la demande dans leur insatiabilité, il leur en donna pour la troisième fois. Ceux
qui étaient assis près de lui s'étonnèrent de sa débonnaireté et ils lui dirent :
«S'ils continuaient à (en) demander, continuerais-tu à leur (en) donner?» — 11
leur dit : «Oui, mais ils ne continueront pas à boire plus que ceux qui sont ici,
car ils n'ont pas d'espérance pour une autre fois.»11

Il y avait une fois un païen nommé Gésios qui était impie dans le mal et
blasphémait le Christ proférant des blasphèmes dans sa sottise et sa méchanceté
mauvaise. Mais notre père juste, lorsqu'il eût appris ces blasphèmes, le maudit
en disant : «Que sa langue soit liée au gros orteil de son pied dans l'enfer.» Et
quand il fut mort, c'est ce qu'on lui fit. Et mon père nous assura par témoignage :
«Je l'ai vu dans l'enfer, sa langue était attachée au gros orteil de son pied, on le
tourmentait avec dureté à cause de son impiété.»

I. Cod. jkTcpeTiH. — 2. Cod. epe-riu. — 3. Cod. eircpeTiii. — 4. Cod. nmecoii. — 5. Cad. ot£c-
'\imoc. — 6. Cod. Kecioc. — 7. Cod. epû'X&c^HjA.m. — 8. Cod. n^iueoc. — 9. Cod. ^lepoecopm.
— 10. Cod. e-rep£ie>.ce>iii5iH. — 1 1. Le traducteur memphitique ne doit pas avoir compris, car d'après
le texte arabe Schnoudi aurait dit que les chantres assoiffés ne boiraient plus à pareille fête l'année
suivante.
loading ...