Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 49
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0155
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS. ETC.

49

d.cujcon.1 2^e on noircHo-y eope nifr&.TV.neM.M.ioo'yi i €5ht ttcetfi ttp&.n no?Ue
otoo n- (fol. 53 recto) ce epô.i^Aiô.?V.coTe-yem1 nnipco.vu ne.u mTefimcooTi.

epKC U6AV. '^I^MÔv'A.tOCIiS.2 THpC OTTOp ^TTOTOp e&0*\/Sert n€>OUJ \}'OI. TOT€ n6.K0T

eaiis. ujeuoTT^- ottoouj epcoA. uj^pwo-y e*rke ni^i^ÇMèvTWoToc^ eT^Trepôvi^M^.TV.00-
TeTrem1 mmcoott otoo eT^qep Slniop Mcpi^po 2£_e nTequje eneieCrr uj^pcooir «h
eTô.qepôvnô.nT^n epcooir nujopn dwirq^i emycoi nno7r7\.otv>£H e?ro7rtouj e^oeÊieq.

£eil ^OTMOTT HOTT2SLI2i. TCOC OTTOp ô.TTUJCOOTri MCppH^ HHIUje evTTOOI eTTCOTFTGMl

e£io?V. -u.no-yujo7V.K07T epcooir oirop ndwircouj eftoTV. £en oTrnivyV n^n^unn. oaioicoc
on ncem nmeenoc ôvcujconi ncooTr on h^tôw n^ipH^- uj^Teqq>op eqxufc. .unioirpo

nTWOTT. CTS». q>H5 eT6MMôiT 2s.€ CAU 22.6 OTTôvTîfp0 epOC T€ ^"2î_0Al eTUJOn n€av.evq dwCJ-

Tconq ôwqoTTcoujT ndvq pi2*.en nin^oi eq2SLCO M.uoe 2î_e ^po epon Tiv'A.s'e Hen2S.i2s.
nne^pooAU (fol. 53 verso) o-yop eT^qepccppô^i^ein6 mmcoott £v-yoir2s_èa n2s.e noTr-
2S.I2S. 3en ^oTmoTT. oirop eT^ noirpo couj ne^q np^n tô^io MneqTiTO-y nTOTq
d.7VAôv qjôwi AVMôvTôvTq ne eTd.q2s.0q ne^q 2s_e moi nm nuipooAu ew\.iom nd.n
nq^q>pe2^ôv7 Tnpc. nToq 2ve noirpo ô^thitott ne^q THpoir n22.iH2s_n ne. oirop

Il arriva aussi en un temps que les Blemmyes étant allés au Nord pour prendre
des villes et pour faire prisonniers les hommes avec leurs bestiaux, ils allèrent
au Sud avec tout leur butin et ils s'arrêtèrent dans le nome de Psoi. Alors mon
père apa Schnoudi voulut aller vers eux à cause des prisonniers qu'ils avaient
faits, et lorsqu'il eut traversé le fleuve pour aller à l'Orient vers eux, ceux qu'il
rencontra d'abord levèrent leurs lances voulant le tuer : à l'instant leurs mains
séchèrent et devinrent arides comme du bois, elles restèrent étendues sans se
plier, et ils s'écrièrent dans une grande nécessité. De même au reste des gens il
arriva de la sorte jusqu'à ce qu'il parvint au lieu où était leur roi. Mais lorsque
celui-là sut que la force qui était en lui ne pouvait être vaincue, il se leva, se
prosterna sur terre devant lui, disant : «Je t'en prie, guéris les mains de mes
hommes»; et lorsqu'il les eut signés, sur le champ leurs mains furent saines. Et
lorsque le roi lui promit des honneurs, il ne les accepta point de lui; mais voici
ce que seulement il lui dit : «Donne-moi les hommes; prends pour toi tout le

i. Cod. epe^çMô.Tv.tDTeirm. — 2. Cod. ^e;)ÇAv.*.'\a>cifv. — 3. Cad. uie^ÇAusAcoTOC. — 4. Cod. epe^ç-
M-evAtoTe-is-m. — 5. Cod. ÊT*.q^>H. — 6. Cod. epec^pe^i-jm. — 7. Cod. ^'^peTcv. C'est le mot latin
prœda.

1
loading ...