Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 50
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0156
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5o

E. AMÉLINEAU.

e^qep Simop aimcooit cd.neM.enT AuiiAicoo-y exqenoir eRiAv.oues.cTRpiOR oiroç> evq-^
es.Re\7VcoAv.e\. hcoott esq^es/y ekoTV. Seti OTTgeipRRR1 Rio-yea Rio?re\i eReqAV.es. hrjcori
eis"^cùOTr Av.qV^ ne.u ReqRpoqjRTRC e<?OTres& esRes. ujency^.

ôwcujojni 2s^e on uoireçjooir eTevTFTÎdAc) e^cynes.gic Av.q>nes7r npoirgi o7roo_ eTes.
niCHHôTJ* e-cooTr^ e^eRR?V.RCies. es. ReoTresi i gi qiesoir av.av.coot eqepqjopem2 rott-
c2CHMdk "O'5'?0 ovo£ eneccoq eAv.esRjoo &en Reqmi. r^otrott eTes. ReRicoT3 e^o7re\£i
Av.Rpoq>RTRc esRes ujeRoir^ Res.-y epoq esqAv.ouji e5o7TR epoq (fol. 04. recto) equHOTT
ekoTV. £es2î-toq es.qepo7rto Resq 3eR oimiuj'f htiav.h.4 ottoo esqe\Av.0Ri RTeq2£_i2s. esq-
5iTq eTiujcoi eniAV.es. nep Av.e7V.eTR rtc ricrrott- âen ^-euviARcies. q>R 2s_e eTeAVAvevs*5
ôvqepMeTveTe^n 5en ottoAo2î. rca*. OTAV.eTceAV.iioc eReoucoc. o?ro£ Hespe ottor mfreu
eTCWTe.u epoq ResT epoRS^OReicee\i(> Rces Teq2£_mi02s_ï rcav. Teq2s_iRTe\0ire Tve^ic
ReAv. TeqenicTHAVH emiesRec itues.7V.ooc ottoç» €Tes.qRRR eqep AV.e7V.eTR e\q^ rteqoTroi
«sot» eTiieTrcievCTHpiott e\qep èseoTCORC). totc es. gesR? otor &eR ricrrott ^peAV.-
peAv. eT22_co av.av.oc 2s_e Aine rcruot 2S.6AV. otor H^RTeïi RTeqep AveTveTR eÛRTV.

butin». Mais lui, le roi, les lui donna tous sans rançon; et il les fit traverser à
l'ouest de l'eau, les conduisit au monastère, leur donna des dépenses et les con-
gédia en paix chacun dans sa demeure, rendant gloire à Dieu et à son prophète
saint apa Schnoudi.

Il arriva un jour qu'on sonna pour la cynaxe à l'heure du soir, et lorsque les
frères se furent rassemblés dans l'Église, un autre vint derrière eux portant un
habit royal, et beau grandement de son visage. Aussitôt que notre père saint le
prophète apa Schnoudi le vit, il marcha vers celui qui venait à lui, lui parla avec
un grand respect, le prit par la main, le fit monter au lieu où l'on faisait dans
l'Eglise la méditation des frères; et cet homme fit la méditation avec douceur et
une grande majesté. Et quiconque l'entendait était rempli de plaisir en suite de
ses paroles et de sa manière de lire la leçon et de sa science grande bellement.
Et lorsqu'il eut fini de faire la méditation, il entra dans le sanctuaire et disparut.
Alors quelques-uns des frères murmurèrent disant : «Notre père n'a donc trouvé
personne parmi nous pour faire la méditation, sinon ce mondain qu'il a fait

t. Cod. oTçjpmiH. — 2. Cod. eqep^opm. — 3. Cod. eneuiûiT. La main mentionnée plus haut a
corrigé : êtjs hêiiimt. — 4. Cod. \\.\)\k. Dans les transcriptions grecques la lettre ^ ne s'emploie pas;
mais il y a des fautes, comme c'est ici le cas. — 5. Cod. e-rjw.jK.jsir : orthographe sahidique. — 6. Cod.
ep£T!i.cmec-s>e. — 7. Cod. totc ç«.it ots-oh. On a ajouté a> en interligne.
loading ...