Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 52
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
52

E. AMÉLINEAU.

eeo^fe doiev Avevp-nrpioc AvvietiiooT AUipocpHTHC ôvïiô. ujeuoT^ 2s_e ^çoircouj hô^cùt
eope mtydwTV.THC hhh epoq eqep\\;^'\'î\.eittI 2s_e otthi ic hiTV^oc ^q;7i cavott hcav
tttciiHoir 2s^e evqepoisxo nè>.q eqstco maioc 2s_e ôvSoï\ iteAt^q AVô*.peqepYlf'ôv7\.-

Aem2 2s_e ic oTr^copoc tt^cce'Aoc \\lù-\ epoq eqoTrooeAi ttcoiq ottoo OHime se
cv^tiîx. nmpoq>HTHc ooi epe^Tq c*> ncqiip AVAVoq eq^- eTOTq nitiAe^ic eTecuje
eepeqQS-OTOTT. soifs. AVèvpTTrpioc 2s.e ^qep ujqiHpi e£pni e2s_en ninu^ ttTe q>^- erujoïi
.Sen Ttettioyr è^Tiev ujeitoirq\

evcujtoni :x.e oit noTec5oo7r epe TieiucùT AUipoq>HTHc ôwïiôw ujenoTr^ mouji neAv
tiihiuj"^" AtixpoqiHTHc lepeAVidwC (fol. 55 verso) &eit ninites. uôvp noc ïieTcoooTtt £en
inctOAVdw oit hoc ïieTcwoTTtt. Aoinoit ô.qi e2s_en ottcoii eqeituoT epe neqp&oc ooke
e2<LCoq ottoo it^qepAveTv.eTôvtt ittticô>.2î_i itTe tepeAvi^c ïUTipoqïHTHC. totc e^qoot
epivTq tt2s_e q>H eeoires.£i tepeAii^c côoiujgm Amicon eTCMAte».^ eqeituoT eqepAte-
TVeT^tt otto£ ^qpiAvi uj^Te tteqepMCOOTTi ujotto enecHT e2ten ixicoit €T€avav&7t '
eTemioT. otoo 5ett ^othoit £v neucoT totthoc ïiicoïi ecjptti 2s_e twhu H^çcoTV.eAv.
ovoo eT^qTcottq ^qtyeitq eq22_o:> av.av.oc n^q 2s_e gô^pes. ^t\eAvi 2s_e gôvii efco?V.eoin ne
Md.iTeATiTVi avauoot eW<VH e2s.ocm. ne22.e ntcoii «ô<q 2s_e AvcpH ^ATViv eiAveTi 2s_e

le prophète apa Schnoudi : «Veux-tu, mon père, faire cesser le chantre de chan-
ter, car certes voici que le peuple a reçu la bénédiction ainsi que les frères?» —
Mais notre père lui répondit : «Qu'as-tu (de commun) avec lui? qu'il chante,
car voici qu'un chœur d'anges l'entoure et lui répond, et voici que le prophète
David se tient à son côté lui indiquant les leçons qu'il faut dire.» Et apa Mar-
tyrios fut rempli d'admiration au sujet de l'esprit de Dieu qui était en notre père
apa Schnoudi.

Il arriva aussi qu'un jour où notre père le prophète apa Schnoudi marchait
avec le grand prophète Jérémie, (en esprit? le Seigneur le sait, en corps? le
Seigneur le sait), il rencontra un frère endormi : le vêtement du frère lui couvrait
la figure, et il récitait les paroles de Jérémie le prophète. Alors le saint Jérémie
s'arrêta au-dessus de ce frère endormi en récitant et il pleura jusqu'à ce que ses
larmes découlèrent sur ce frère endormi. Et aussitôt mon père réveilla le frère,
disant : «Lève-toi, vite»; et lorsque le frère se fut levé, il l'interrogea disant : «Sais-
tu d'où viennent les gouttes d'eau qui sont tombées sur toi?» — Le frère lui dit :

[. Cad. eqepty&Am. — 2. Cod. MApe^epvI/evAm. — 3. Cod. etwamt.
loading ...