Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0159
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

53

€tô>. Tqie ocoot. ne2s_e îi^iwt ns.q 5en ottioïi^ ekoTV. 2£.e ô^pi1 mcTeTrein2 hhi nes.-
ujHpi 2£.e n&i TeA.TiA.1 .umcoot eToiroes e3pHi e2s.con osai epMcooTTi ne îitc m-
npoqjHTHC lepe.uièvc (fol. 56 recto) \\&i3 ue^p nôvqooi ep&Tq <M2£_con ne eqpiAu
MHiHdvT eiiepA\.eAeTôwti imeqc^osLi 2£_e neuv2s_to maicûoit &n £en oTT2s.coq hoht.

iiè.q.u.ouji 2s.e on hottcoit ne.u. ninpoq>hthc le^emnA H2s_e nemovr eeoT^k
oto^ ne otton oircott eq^eMci ne^ ottcôv eqepMeTVeTeai £en mcdk2s_i nTe nmpo-
qiHTHC. otoo c^quje n2*.e nmpoq>HTHC e^OTôvû le^eninA. ^qopi epô/rq pi2î_coq
mcon ss.e eTeqep.w.e'A.eTe^n n&qeAu ne. oto^ ne2î_e nemovr eai£v ujencs"^
•vuiinpoqïHTHe ie^eumA ss_e ^aiott Tenoe.uei AuipcRVA.14 m.uou ivreROpi epd/rn.
ne22-e irinpoq>HTHC ne^q 2s.e y^cù hhi e&oTV. Tecoc "yn^cen ndacon ekoTv. ss_e ottui
eqep.ueAeT^it on hii&c&s.i .ien ott-eoirg. ne OTOti necon 2^e on eqpeAiei .Sen
o^reAnc eqep avcActh auii i& nnoTT2s_i AinpoqjHTHc OTop Amincir euj^qepAv.e'A.eTôat
HTeqepgHTC enioT6.i moTTôvi neuj^pe nenicoT *ates. ujenoirq- (fol. 56 verso) n^-y
eninpoqiHTHC eTeqties.epA\.e7VeT^n Auwoq eqopi epô.Tq £d>ren nicon uj^Tequnn
eqep AveAeTH Aienenctoc nTequje nTeqpeAiei s^reu nennoT eaies. ujenoirf hcav.

«Non, mais j'ai cru que le ciel pleuvait.» — Mon père lui dit en (lui) découvrant
(le mystère) : «Crois-moi, mon fils, ces gouttes qui sont tombées sur toi sont les
larmes du prophète Jérémie ; il se tenait debout au-dessus de toi, pleurant, à l'heure
où ta récitais ses paroles; car tu ne les as pas récitées avec ferveur de cœur.»

Il marchait une fois avec le prophète Ézéchiel, notre père saint; il y avait un
frère assis à l'écart, récitant les paroles du prophète. Et le prophète saint, Ézé-
chiel, marcha, il se tint debout au-dessus de lui et le frère qui récitait ne le savait
pas. Et notre père apa Schnoudi dit au prophète Ézéchiel : «Viens que nous
nous asseyions : ne te donne pas la peine de te tenir debout.» — Le prophète lui
dit : «Laisse-moi encore, je ne dépasserai pas ce frère; car certes il récite mes
paroles avec ardeur.» 11 y avait aussi un autre frère assis dans un coin récitant
les douze petits prophètes et à l'heure où il les récitait, les commençant l'un
après l'autre, notre père apa Schnoudi voyait le prophète qu'il récitait se tenant
debout près du frère jusqu'à ce que celui-ci eut fini de (le) réciter, et allant en-
suite s'asseoir près de notre père apa Schnoudi avec le prophète Ézéchiel : et

i. Cod. pi. La main susdite a ajouté a. — 2. Cod. nicTeirm. — 3. Cod. ne ^*vp. — 4. Cod.
loading ...