Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 54
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0160
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
•34

E. AMÉLINEAU.

mnpo^HTKc le^ewniA. otoo nceoeAvci jSd/reïi tioirepHoir. oiroo ctô. nicou oth
eTeMMèvir1 RHn AUine*. nRO"!T22-i .u.npoq>HTHc è^qi e2s.eu ni£eae eTe Aiè^e^i^c
ne e^qep ohtc notopn ococ pco.ui epe OTrc^p^ Toioioyrq otoo niomiM opouj
eopui €2s.ooq hotkott2î_i oiren nipH^- erevqep nie2S-Copp THpq eqoi iiujpcùic eqep-
MeAeTèvH ottoo Aine ninpoq>HTHC eeoT^ft Mô.TV.d^idkC cettq eîioTV. eqooi epdo-q
Cdwiiujcoi M.Moq. Tore ne2£_e ninpoqjHTHc le^eumTV. AuiemcoT. eota. ujenoir^ 2s_e
ott^o 5ici epou «Tenneoci auxicoh om^ HTeq2s_ou mcev2î_i «Te neucon av^Aô».^10^
e&o?\. tiTeqi ocoq «TeqoeMcs e£pHi neM&.n. neunoT 2>.e e^quje Hèvq ^q»eoci Av.u.oq
(fol. 57 recto) eq2s_co avmoc 2S-e tcûkr eopui n^ujupi trreiv^d». nmiuj^- nptoAu eko?V.
itTeqRKU eqcïurAi ma\.oq co&hhtr ooncoc MTeqT^«> eneqcttHov. oirog nèvipH^"
ôvqTconq ^qss-ORq ekoTV. Aveneucioc 6. ninpoq>HTHC epèvcnd^ece^i nnequjqîHp
Av.npoq>KTHC evTTUje eko?V.oiTOTq.

evcujconj a^e on no-ycon ^ ottcoh ujcoujt movoco& ococ pioAu eftoA 2$_e q>^-
AVMô«.Trô>Tq ne ^euo&i oiroo_ 0. nenicoT e>.n^ ujeuoT^- pirq eftoA^en ns.u0n0.CTH-
pion ïvevTiv nïi^iuon, oiroo e<q.u.oiyï eftoTV. Seu mujô,qe eqpiAu 2s_e nicon eTe.u-

ils restaient assis les uns près des autres. Et lorsque ce frère eut fini les onze petits
prophètes, il arriva au dernier qui était Malachie et il commença de s'endormir
comme un homme revêtu de chair, et le sommeil s'appesantit un peu sur lui
parce qu'il avait passé toute la nuit éveillé et récitant; et le prophète saint, Ma-
lachie, ne cessa point de se tenir debout au-dessus de lui. Alors le prophète
Ézéchiel dit à notre père apa Schnoudi : «Donne-toi la peine d'éveiller le frère
afin qu'il achève les paroles de notre frère Malachie pour que celui-ci vienne
aussi s'asseoir avec nous.» Et notre père alla, il l'éveilla, disant : «Lève-toi, mon
fils, achève ce grand homme, afin qu'il cesse de se fatiguer à cause de toi et se
mêle à ses frères.» Et ainsi le frère se leva, l'acheva : ensuite le prophète embrassa
ses compagnons les prophètes; ils le quittèrent (Schnoudi).

11 arriva une fois qu'un frère commit une faute comme homme,2 car Dieu seul
est impeccable, et notre père apa Schnoudi le chassa du monastère selon la règle,
et il marcha dans le désert pleurant; ce frère était d'une grande humilité, et, lors-
qu'il eut pensé à la miséricorde de Dieu, il donna son cœur à la repentance et il

1. Cod. eTAv.Ma.T. — 2. Cette expression signifie une faute contre la chasteté que le moine avait
dû promettre de garder avant d'entrer au monastère.
loading ...