Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 55
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0161
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

55

MMf1 £en otthjuj^ MAieTeftmn. otoo eT^qep q>MeTi nniMeTuje hout htc q>-f ^q-^
MixeqoHT e^-MeT6vnoi?v otoo ^qepAv.eT^îioem2 eq^-co auuoc ss_e ïioc q>-^ tum^i-
pcoAU otto£ nrn^KT q>H eTeqoTcouj èv« eepe oTVi gei ekoTvSe» uioêihoti htc
ueq2s.i2i. ^huj^viôcot MTicjHT miiaicùt Avq>oo7r HTeq^co hiu eîio?v Mq>n eT&iè^iq
OTrop nTeq5lTT eSoTii uuecon (fol. 57 verso) ^ep geTuuc ei ep*.Tiv eipevttdwïi Sen
ocoîi ttiften. otocj £eii ^otthott cti epe îtic^2î_i £en pcoq ot^uceTvoe utc
nôc oircùup ne>.q eko?v eqooi epevTq pieoTrtoui equjnu MMoq oiroo_ eqsito mmoc
u^q 2i.e èv5oï\:i euc)e2£_£C02£. Mnatipir^. <\qepomo «2s_e tiicoh eTeAiAievis^ ness^q
u^q 2i.e eioe2s_pcù2SL iï^coïi ss.e ^ tt^icot e^oTevft <\nèv ujenoir^ oitt eiaoAseu
ômh| tmiCHHOV OTop ^eAu ô.» 2s_e em^ep ott e£m?v eepiie^tot efro?v ne<\ n\OT-
24.0.1 2s.e mmoh oeTvmc MAveT^uoi^ ujon nui ic2î_en qHiOT. ne2s_e m^c^eTvoc \u\q
2i.e ^peujdvu neuicoT ujothv epoq tmecon ^He<ôvOpep^ e^s^i^HiiH GTdkRceMHHTC
neAV q)^ ovoo ïiTeu2s_(ok eko?v hhh eT^KepoAv.oAocceni5 auucoott *|iiot. c^TOTq tii-
con giTq e£pnj .i&p^Tq Aini^u^eTvoc eq2£_o) avaioc 2s_e ce toïuo Tierce ^peujeai
ueqn^i t^ooi ^ep oeTvnic e^pep epcoo-y oto£ e2s.ouoTr efto?v. (fol. 58 recto) u^pe

se repentit, disant : «O Dieu aimant les hommes et miséricordieux, qui ne désires
pas que quelquechose des œuvres de tes mains soit perdu, si tu persuades aujour-
d'hui le cœur de mon père afin qu'il me pardonne et qu'il me fasse entrer une
autre fois, j'espère que je paraîtrai devant toi t'ayant fait plaisir en toute chose. » Et
aussitôt, les paroles étant encore dans sa bouche, un ange du Seigneur lui apparut
se tenant debout près de lui, l'interrogeant et lui disant : «Pourquoi es-tu affligé de
la sorte?» — Ce frère répondit et dit : «Je suis affligé, parce que mon père saint,
apa Schnoudi, m'a chassé du milieu des frères, et je ne sais que faire sinon dés-
espérer de mon salut; car il ne me reste plus d'espérance de repentir désormais.»
— L'ange lui dit : «Si ton père te reçoit une autre fois, garderas-tu la promesse
que tu as faite à Dieu, afin que tu accomplisses ce que tu viens de confesser
tout à l'heure?» — Aussitôt le frère se jeta aux pieds de l'ange, en disant : «Oui,
beaucoup, mon Seigneur; si ta miséricorde m'élève, j'espère que je garderai
(mes promesses) et les accomplirai.» — Or l'ange portait un habit de moine au

I . Cûd. ÊTMJA.f>.Tr. -

eTivRepOMoXo^ni.

2. Cod. ô.qepM6TMiom. —

3. Cod. OSLO. SOR. —

4. Cod. eTMAlô.-5-. — 5. Cod.
loading ...