Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 59
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0165
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

59

2s.ott£. n«oq 2s.e hj^ott-. eTes.quis.t enemcoT ^qoTcoujT .u.u.oq otoo ^qcfi cmot
eîiOt\oiTOTq is.q2s.0c tifs.q 2s.e ^çotioiu HTiviye epnc UTôvepno'A.e.u.eïu1 tie.u uiiàevp-
fi£vpoc iiêvkot. »©oq 2s.e ne2s.^q n^q 2s_e ce. Tieste ïii2s.ot£ nevq 2s_e M^pe neu-
uea Tevoci neviovr eeoT&Ci irreiv^ uhi hotmo2s_3 nujôsp eq>coii ne om*. nTequjconi
uni «cmot. oto£ ô^qTHiq n^q. eT^quje epuc Jt2£_e ni2s_0T2 ^qep nxo&uj .u.uopq
Mnuw.02s.j5 uTe nemcoT eeoT^k oto£ 5€ii n2s.mepeq-f MneqoToi eiuî^pk^poc
totc is.T2s.eAi2s.om ej5pm e2s.«q 015*00 is.Tj5coTefe ïioôsH mhuj jieu ueqA^Toi (fol. 60
verso) MTiïUjopn ncon ne.u. niMes£ ft. enj5eue 2s.e is.qeptiiq>m MAioq otoo ne2s.ivq
24_e mh pco eT^iTViûi 2s.e .uniMopT Av.nsM02s.j5 nujivp htg njj5e?V\o Ampoq>HTHc
ivTi^ uienoT^ eT^qTHiq uni. otoo j5en ^-othot esjqMopq MMoq otoo ^q-f Mneq-
otoi emû^pû^poc ô.qTbTTeT ïicooot j5en OTMeTisT^co. Meiveuccoc isq2S.OTiUT
c&nujcoi AiMoq j5ch m&Hp iv.qns.7r enenuoT e^n*. ujetiOT^- eqj5en eMivf HOTTkm
hotcojhi epe otoh OTcnqj H^xiptoM j5eu neq2s_i2s_ eqjScoTek «civ îu&^p&^poc.
otoo ^qocoTV. cnoq n2s_e nj2s.0Tg ej50TU j5esi -fsnni £es.Teu nemcoT ^ti^ ujeuoT^-
otoo q>?vi rte mpH.^- eTiv.qujis.pi eui&ivpftivpoc j5eu otuiuj*^ muTVuch- otoo Me-

battre les barbares,3 mon père?» — Mais lui, il lui dit : «Oui.» — Le duc lui
dit : «Que ta miséricorde m'élève, mon père saint, donne-moi une ceinture de
poils qui fait appartenu afin qu'elle me soit une bénédiction.» Et il la lui donna.
Lorsque le duc fut arrivé au Midi, il oublia de se ceindre de la ceinture de notre
père saint, et dans son approche des barbares, ils prévalurent contre lui, ils lui
tuèrent des multitudes de ses soldats une première et une seconde fois. Enfin il
se mit dans son bon sens et il dit : «N'ai-je pas été fou, car je ne me suis pas
ceint de la ceinture de poils du vieillard le prophète, apa Schnoudi, laquelle il m'a
donnée.» Et aussitôt il la ceignit et il s'approcha des barbares, il les tua sans indul-
gence. Ensuite il regarda en l'air au-dessus de lui, il vit notre père apa Schnoudi
au milieu d'un nuage de lumière, tenant une épée de feu dans sa main, massa-
crant les barbares. Et lui-même, le duc, alla dans le nuage près de notre père
apa Schnoudi, et c'est ainsi qu'il frappa les barbares d'une grande plaie, et en-

1. Cod. epnoAeMm. — 2. Cod. auiAt^h. — 3. Ces barbares sont sans aucun doute le Blemmyes
dont on a parlé plus haut. M. Revilt.out s'est servi très à propos de tous ces passages dans son
Mémoire sur les Blemmyes.

8*
loading ...