Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 60
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0166
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6o

E. AMÉLINEAU.

ueucioc dvqTôvceoq1 eoHT «2s_e 1112^0-3^ equjen oa\.ot HTOTq Mqv^ nexi nenitôT
eeo-yô.£i ninpoq>HTHc ^nôv ujenoT^- mpuuu H^n\es.ioc.2

ne ottoïi coh ft3 5en niMxmevCTHpioH eirtmoT eTrujconi (fol. 61 recto) nioiris.
h£htott ne oTrcnoTT^^ioc* ne npeq^- pjOHq epoq im^TVcoc nmeoTTôvi 2*_e ue ottôv-
jw.e?VHC5 ne eniooTro eqMOTmu nneqeooo?r 5eti neTujoTnT. AomoH ôvCiytoni Hoire-
ooot nemtùT ujevioTr^- uje tti\q etp-u.es. hhh eTUjconi e2SLe.u. noTrujmi. totc

ô^qi e2s_eu hicoh eqoi HdwM.eA.HC6 ne2s_à.q n;vq 2£_e ic onnne "^h^tt epoR 24_e es\^oei"
ottoo eR&eHT8 e^otm ecpMOTT euweTi epou hott. ^qepow> H2s_e hicoh 2s_e ô.pi
nicTeu*eiH9 hhi 2s_e .uniep OTretiToTVH HOTrorr eueo eecou Te ottoo ^cmi eut 2£_e
emôvepôoio'A.otMce^i10 hôvHJ HpH^\ totc ev.qi pcoq oh eqj.vv.es. mhicoh H2vïRdwiocn
ottoo n^qpopuj eut ne Seti niujanu evqujeHq eq2s_co mmoc 2s_e euMCTri cott espe-
ujeai hoc 2s_e.u neRUjmi enepe^ppeïH12 ^-hott 2î_e kh&.2£.€M niHèa. èvqepotrw H2î_e
q>H CT2S.co avav.OC 2SLC èvpi nicTeTreiH'3 hhi h^icot eooTT£\& 2i.e eviepcnoTT^ev^em1 •
e^peo (fol. 61 verso) eueueHToTVH THpoT 0v7v.7V.0v Av.epe nmdvi HTOTq Mq>^ ott en-
suite le duc retourna vers le Nord, rendant grâces à Dieu et à notre père saint
le prophète apa Schnoudi, l'homme juste.

11 v avait dans le monastère deux frères couchés, malades : l'un d'eux était un
fervent, s'appliquant bien; mais l'autre était un négligent, qui perdait extrêmement
ses jours dans la vanité. Mais il arriva qu'un jour notre père Schnoudi marcha
vers l'infirmerie pour les visiter. Alors il alla près du frère négligent, il lui dit :
«Voici, je le vois, que tu souffres et que tu es dans la mort : que penses-tu de
toi?» — Le frère lui répondit : «Crois-moi, mon père, je n'ai jamais accompli
un seul de tes ordres, et je ne sais pas de quelle manière je me justifierai.» —
Alors il alla à l'endroit où était le frère juste que la maladie n'avait pas abattu :
il l'interrogea en disant : «Que penses-tu? si le Seigneur te visite, as-tu confiance
maintenant que tu trouveras miséricorde?» — Celui-ci répondit en disant : «Crois-
moi, mon père saint, j'ai été diligent à observer tous tes commandements; mais

1. Cod. û.qTivc«o. — 2. Cod. h^ikcoc. ■— 3. Le 11 de coït est gratté. — 4. Cod. cnoTr^eoc. ■—
5. Cod. iioTA.Av.e'Xec. Les Coptes se servaient de l'adjectif grec masculin pour le faire passer dans leur
langue. — 6. Cod. eqoi no.j\eAec. — 7. Cod. fstcuSoci. — 8. Cod. hSciit. — g. Cod. ivi\o?V.o^ic-oe.
— 10. Cod. niCTe^-nt. — 11. Cod. 11 ^meoc. — 12. Cod. Kep^a.pi. — 13. Cod. tiictcts-ih. — 14. Cod.
loading ...