Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0167
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

61

hmwmt epoi q-eAu ô.n. ne2s_e ïiôauiT n^q 2î_e nev'A.coc. oTrog Avenencev uea à. 111-
cou ncnoT2s.0s.ioc1 2s_con ekoA ô.qvye n^q epès.Tq Avnoc cpn 2^e ctoi n^.u.e?V.hcj
is.qep ujes.Tr 5en nequjconi is.qopi 2s.e on 5en TeqAv.eTVs.Me7\.nc3 otfoo n^pe nemiùT
is.nes. ujenoTT^- moivo hoht ee&HTq ne. *s.cujconi 2s_e epe mctiHOTr ^ Kes.oi e-^as-Hpi
a\.q>opnj coin ottoo epe Oixn oiron £en nicnnoTT eujTe hô,oi eqneAuooir ocoq H2s_e
nicon n^AveÀnc + eT^qoTrss^i equjeonï ottoo q^i n^qAiouji ne £en oiroponj ne.u
1t12s.d1.t10 nuô>.oi eqoi nSinne 3en oTrS'sopis.q ne £en ot&coA ekoA ne.u otfcco&i.
es.qTconq 2s^e £en OT^tonT n2s_e nemorr n^eTvAo ^q^Mom Auu.oq 2s.qpes.jSTq e2s_en
ninèvOi ottoo epe n12s_2s.no nnes.cn t^hott epoq. ne2£.es.q n&q Aures.ipnq- 2î_e
^nô,oco epon ô,n 2s_e (fol. 62 recto) exi^- aviiicoh ncno-y2s.d.ioc5 *^pon eviepoir
T^ceon ecpdsOOTT eioiriouj eepenepA^eTes.noem6 otoo ic onnne on ^iict Avnenep-
ôvieoèaiece^ï 7 eftoTV-Sen neio&noin nuj\oq. n.con 2s. e 6,qTconq *.qq)es.OTq AmenuoT
eq24.oo a\.Aioc 2s.e jçto nni eî.o"A.. ^qow"A. 2s_e Aoinon es.q-y Avneqo-yoi e-^ueTesaioies.

la miséricorde est entre les mains de Dieu, je ne sais pas ce qui m'arrivera.» —
Mon père lui dit : «Bien.» ■— Et après cela le frère diligent finit (sa vie), il alla
vers le Seigneur et celui qui était négligent guérit de sa maladie; mais il resta
dans la négligence et notre père Schnoudi fut triste à son sujet. Et il arriva que
les frères plaçaient de la terre sur la terrasse pour étendre le pain,s et quelques-
uns d'entre eux portaient de la terre: parmi eux était le frère négligent, guéri
après avoir été malade, et il marchait avec lenteur, portant sa corbeille de terre.1
avec paresse, dans le jeu, la dissipation et l'amusement. Notre père le vieillard
se leva avec colère, il le saisit, le renversa par terre et la corbeille de terre était
sur lui. Il lui parla de cette sorte : «Ne te suffit-il pas que j'aie donné le frère dili-
gent à ta place? je t'ai fait laisser en arrière désirant que tu te convertisses; et
voici que maintenant tu n'as pas eu le sentiment de cesser tes œuvres honteuses!»
Le frère se leva, se prosterna aux pieds de notre père disant : «Pardonne-moi.»

1. Cod. ticnoTDs.eoc. — 2. Cod. ««.Avérée. — 3. Cod. Tetj.sveTev.s.e'\ec. — 4. Cod. .us.MeiVec. —
5. Cod. neno^-^-eoc. — 6. Cod. ep.sv.eT0.u0iH. — 7. Cod. ic-e>js ec^e (sic). — 8. Lorsque la pâte est
prête pour le four, les moines coptes en font des petits pains qu'ils étendent au soleil sur une planche
sur la terrasse de la boulangerie. Je l'ai vu faire moi-même au monastère de Moharraq où un séjour
répété m'a mis à même de comprendre un grand nombre d'usages. — g. Les fellahs d'Égvpte se servent
toujours de corbeilles de jonc pour porter la terre et tout ce qui peut v entrer. Les moines qui em-
ploient des fellahs ou qui travaillent eux-mêmes n'ont pas dérogé à cet usage.
loading ...