Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

71

eqq^oo epoq 22-6 oiîiôv trreqi e&oTv. uj^poq pi2î_eu q>i^po HTeqepnpocKTueiH'
MMoq ottoo HTeq^î cmot e&o?v.piTOTq Avn^Tequje eepno7V.eAv.em2 tie.u. m&^pîi^poc
equ^o1^ 3Le ô.quj^tmôvTr epoq AiAid/y^Tq qHdwS'po eueq2s.ô.2s.i THpo-y. èvqTwuq
2>.e ti2s_e neuuoT e^qotoTv. uj^poq H2£co?v.eA^. ne ottoh moti & Hèwcpion cotio eni-
2sloi epe o-ypcoAu poMc eptooir. (fol. 6g recto) netucûT 2s^e eT^q^- Auxeqoiroi eni-
2î_oi 2s.e ^qïi^ôvTVRi epoq totc Mf^n estioo-y HJvq enecHT H2s_e hiavotfi owc eTTSl-
CAK>-y eûoÀoiTOTq. ottoo c^qep ujq>Hpi H2s_e nmoAutc ne.w. hh e-rneMè^q THpoir

€T2£-C0 AIAIOC 2î_e à.?VHOC0C ott^cioc AVnpoqiHTHC ne Tlô.1. AVeiteHCCOC HHVCOAV.HC

ep^iTem3 AVA^oq Avneq^ton eepeqTHiq ndwq hcav.ot 2*.e;)£^c eqcuopq MA\.oq UTeq-
epnoTve.uem4 ueA\. m&^pk^poc ottoo evqTHiq »ô.q. neapH^- e^quje epuc '^q^
neAV nifit^pû^poc ottoo ^qujes.pi epcooir piTeu hiujAhTv. ure neuicoT e^o-y^k ^nev
ujeHOT'f cppcoAU Aiq>q\ Menencojc ^qTôvceoq e£HT hca*. hh e^neAve^q eq-f cooîp .w.q>^-
eppHi e24.eu nicTpo eT^qujconi u^q e&o?\.piTeH Hieir)£H HTe nemovr eTCAve^pcooTT.

cvcujcohi 2s.e on HOTepooir epe nemoyr Av.npoq>HTHc *s.nes. ujeuoTr^- (fol. 6g verso)
ipi HTeqcTn^ic5 3en nsess-iopp ottoo eTô^q^^ ^cime^ic e&oTV e^qmioT hotthott2sli

et reçut sa bénédiction avant d'aller combattre les barbares, croyant que s'il le
voyait seulement, il prévaudrait contre tous ses ennemis. Mon père se leva, il
alla vers lui avec promptitude. 11 y avait deux lions sauvages enchaînés sur la
barque : un homme veillait sur eux. Mais lorsque mon père se fut approché de
la barque et eut monté dessus, alors les lions baissèrent leurs têtes comme pour
recevoir sa bénédiction. Et le comte s'étonna, ainsi que tous ceux qui étaient
avec lui, en disant : «Vraiment, c'est un saint prophète que cet (homme)!» Ensuite
le comte lui demanda sa ceinture pour lui servir de bénédiction et pour la ceindre
lorsqu'il combattrait les barbares, et notre père la lui donna. Ainsi il s'en alla vers
le Sud. il combattit les barbares et il les frappa par (le secours) des prières de
notre père saint apa Schnoudi, l'homme de Dieu. Ensuite il retourna vers le
Nord avec ceux qui l'accompagnaient, louant Dieu de la victoire qui lui était
échue par les prières de notre père béni.

11 arriva un jour que notre père Schnoudi faisait la cynaxe pendant la nuit, et
lorsqu'il eut achevé la cynaxe il se reposa un peu. Il eut" une vision de cette

1. Cod. tiTeqepïipocRTruit. — 2. Cod. eepnoAeMiu. — 3. Cod. epeTiu. —
— 5. Cod. imcqcT!u\£ic. — 6. Mot-à-mot : il vit une vision.

4. Cod. HTeqepnoAeMin.
loading ...