Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0179
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS. ETC.

«Te q)-^- eceogi ecMiiti e&oTV. ueM&.R ujes. enep otoo tx^7V.i» ôwqepôwCRô^ecôdj1
M.uoq cvquje ne».q e&oTV. o^poq. ïii5e?V.7V.o 2s_e eeoT&d ôwTi^. ujeuoir^- ^qTcouq eftoA
.ieu Ripop?\..ues. otoo evqîtGM nicom eq.WHp eïieq&;\7V.7V.iu ^q^- coott A\.qv^ eq2£_oo
mmoc 2î.e ej^iiev ott iiujefeio) mtioc .u/pAv^ mm THpoir eT^q^iTOT mhi. &eti
^•ottuott e^qi e&o?V. (fol. 70 verso) eep pcoTV. e^-eRîiA.iici^. uçm kichhott otoo e^qq^
mt\eqoTroï eniM^ eTcnreti omr eûoAn^HTq H2i.e michhotf £eH ot^coîx 2s^e .u.ueq-
X^ o7V.i cau epoq ^qxw Mnicûim «Te TiicAuvy e-res. Tiies.nocTo'A.oc THiq u^q 3e«
Rioop^AVôv à.q^\q 5en txi^oo eTOveu toiu e&o'A.n.SHTq ^qujo^.u Autipo ^qi
e-feRu'A.HciJv otoo ?v hichhotp m^ir epoq epe ueqpo ep oiroomi hootto HôvTep uj-
q>upi. eT^tt^.^ ^eRRÀRCiôk e&oTV ^qpioTV. eneqM*. nujcom o?rop exe», riu^tt ujcoki
^ttrcoTV.0 eepe ïiioisvs.1 tiiott^i uje eneqpcoft. tucoh 2».e €Tpi2s_e» ni.w.^ »X^ WIR
e^qpoo'A. uj^ ni5e7V.?V.o Tie^^q n^q 2£_e r^kot eeoirdv& &pi {&p^h ht€ri htcr-

uj^po» 2î_e à. tiicmot ujtoni &€« çJ>h eTOTiui efeoTVniHTq. ne2s_e nwSeTVTVo h&q
3eu cypo eqMep npôoyi 2s_e m^uje kôwR n^ujHpi (fol. 71 recto) ht€rih.i ekoA-

stable avec toi jusqu'à l'éternité.» Et de nouveau il l'embrassa, il prit congé de
lui. Mais le vieillard saint apa Schnoudi se leva de la vision et prit le pain atta-
ché à son vêtement, il rendit gloire à Dieu en disant : «Que rendrai-je en échange
au Seigneur à la place de tout ce qu'il m'a fait!» A l'instant il sortit pour aller
vers l'église avec les frères, il s'approcha de l'endroit d'où les frères sortaient le
pain, à la hâte, afin que personne ne le sût, il plaça le pain de bénédiction que
l'apôtre lui avait donné dans (sa) vision, il le plaça dans le tas d'où l'on tirait les
pains, il ferma la porte, il entra dans l'église et les frères le virent : son visage
brillait extrêmement. Ils s'étonnèrent. Lorsqu'on laissa l'église, il alla dans son
habitation et lorsque l'heure fut venue on sonna pour que chacun allât à son
ouvrage. Mais le frère qui était préposé au magasin à pain vint vers le vieillard,
il lui dit : «Mon père saint, fais-moi la charité de venir prier afin qu'on ouvre
un autre magasin à pain pour en sortir ce qu'il faut à ceux qui viennent à nous,
car la bénédiction a cessé d'être dans ce que nous en sortions.» — Le vieillard
lui dit avec un visage plein de joie : «Va, mon fils, sors du (pain) jusqu'à ce qu'il
n'y en ait plus.» — Le frère lui dit : «Pardonne- moi, mon père, je n'ai laissé

1. Cod. ^epo-cnô. jecee. — 2. Cod. ii-^^pi*..

10
loading ...