Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 75
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0181
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

?5

ne OTOrt otcou 2s.e .UAiond^oc £eti ^ujtm uotto^- utc ïiicîikott eneqp^ii
ne vjro^- oto£ q>£s.i ttôvq^ ôwOdwiiH ne eniooTro. pwwi ui&eu emmT uj&poq nevq^-
otto^ ucoott THpcy hootto 2^_e iiicnHOTT eT^eti HiTOiOT. ottoo oiTevi TeqAieTpeq-^
uooto es. mcmioir *^ ujtotit <>e\poq .SesTett nemcoT miô. ujencnr^- eTT2s_to mmoc 2£_e
v\'0"^ nes/^es. pAi es.n 3en ^-ujtm noiro-^ utc hichhott e€>peu5s_iAu u-y^peies. ' hcm
hh eeiiHcns*2 ujôvpoti (fol. 72 recto) ne2s_e nemcoT niooir ot^mh utc q>-^

2s.e eujcon AineTeiiep 3dwie noTO-y mmoh nofei 7i epoq nÀHn ujes. ujopn Tennesuje
ujevpoq ttTeiiepenm.u^u ues.q ottoo ^peujjvn ^\LPei^3 ujconi Tenn^euq ekoTV.-
5en {lytiH. nAnn othiuj*^ Te ^ds^dsiiH. ti^qccooini u^p ne »2te neucoT eoies uje-
noT$"^ 2s_e nicMOT ïie.wôvq 5eu gcoft tuken. e\cujconi 2s.e £ett nie^_copo eTCAiMèwTr
e-re\ ni^e'A'A.o khu euj'A.h'A. es.qpes.uq ekoTV. noTiiOTr^i e\.ques.7r Sesi ottcdauit eoirc-
çhau enecooc eA*.es.ujto+ epe necccoMes. THpq 01 esRTiu noTrtomi efeo?V. AiqjpH^ Avq>pH
oto^ &c&Moiii UT2S-I2Î. Aupo^ evcce\2£_i neAiesq ec2£.io mavoc 2î_e ^u^it Ainepucopq
u-fesces.nH »rre niMd>. noToq^ es.n aui qx«M\ pco ne nmes.oi ct^ ue^pnoc 1e qicou ne

11 y avait, dans le jardin potager des frères, un frère moine nommé Psoti, et
il était charitable à l'excès : à tout homme qui venait à lui il donnait des légumes,
surtout aux frères habitant dans la montagne, et à cause de sa générosité abon-
dante les frères l'accusèrent près de notre père apa Schnoudi disant : «Psoti ne
laisse rien dans le jardin potager des frères afin que nous (y) trouvions ce qu'il
(nous) faut ainsi qu'à ceux qui viennent à nous.» — Notre père leur dit dans
la charité de Dieu : «Si nous ne manquons pas de légumes, il n'a fait aucun
mal;5 cependant vers l'aurore nous irons vers lui, nous le gronderons, et si le
manque se fait sentir,6 nous le chasserons du jardin. iMais la charité est une
grande chose.» Car il savait, mon père apa Schnoudi, que la bénédiction (de
Dieu) était avec Psoti en toute chose. Il arriva cette nuit-là que le vieillard ayant
fini de prier, il se pencha un peu (pour dormir); il vit dans une extase une femme
grandement belle, tout son corps lançait des rayons de lumière à la manière du
soleil; elle prit la main de Psoti, elle lui parla en disant : «Prends garde, ne rends

I. Cod. ii-^^dpi^. — 2. Cod. eeumr. — 3. Cod. ^pii. —■ 4. Cod. Av.A\.evujo>. — 5. Mot-à-mot :
il n'y a pas de mal qui l'ait pris. — 6. Mot-à-mot : si le manque arrive. Le jardin dont il est ici ques-
tion n'existe plus aujourd'hui; le monastère ne possède plus que quelques feddans de terre qui nour-
rissent assez mal ceux qui les possèdent, parce que l'eau manque de trop bonne heure.

10*
loading ...