Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 77
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0183
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
77

cies. neoq ne e™qeuT enôaMdw. ne2s_e ni3e?Y?V.o n^q 2s_e ec^HOTrr nivujRpi 2î.e
neTennoT^ ne q>^ oiroçj noc nTemoc ne neTenoirpo. ic çmnne ôaeAU 2£.e q>^
ujon ne.u.^r £en £co& iii&eti eTeRipi mmioott ottoo_ ^-rhoit uje^poR -ucpooT e^iuttR
nT0.2s.eM.1 neRujmi n7V.Hn nôvUjHpi AuupR^ eTô.cujcom ^ MeTH^HT. otoc> Menen-
cwc a. m^e?V?\.o uje uj^poq AirpHôv-y n^2s_n Mnietjooir £en OTrocok e^ujnR ô.q-
M0.Tr evj/o-^ eq5b?V fito^ nmcnHoir. ^qTGinq H2s_e tyo^ doqcfr cmott nTOTq Mnen-
ioot eq2î_w aimoc 2s_e es. oirniiy^ ncwoir2 tôw^oi Aicpooir 2*.e es.ni uj^poi nôvicoT
eeoTTôvû nicAioT ndoyconi ne.udui 3en <xoft ni&en. ni^eÀTVo 2s^e e«>oire\& is.nes. uje-
noTr^- ô.qtiôv7T e^-nôwpeenoc eeo7re\& Mevpie*. epe oVA.es.Res.ïm mmcoott (fol. 73 verso)
2£H e£pm MnecAveo es.coi nen2s.i2s. n^nôw tyo^ eSpHi epoc evcnoT2s.^ auiiavcoot
€2s.en moir^ THpoTr ec2s.oo mmoc .w.nexipH'^ 2s_€ pcoT eniujcoi oto£ Mnep^d. TOT
eHnotr e&o?V. Aienenecoc es.e^ nevq ïr^geipHrtH3 oiro£ d>.c£(o7V. efto?V£iTOTq £ert ott-
muj^- H(oott. TOTe es.qeMi H2s_e nenicoT evRis. ujenoir^ 2£_e ott2^irô.ioc+ ncooTn ne
q>H eeoT^ù soie*, vj/o^- epe noc ihc ujon neMô>.q £en 000& m&en eTeqipi mmwot.

— Le vieillard lui dit : «11 est écrit, mon fils, Dieu est notre Dieu et le Seigneur
des Seigneurs est notre roi : voici, je (le) sais, que Dieu est avec toi en toute
chose que tu fais; j'irai aujourd'hui vers toi pour te visiter; mais, mon fils, ainsi
que cela a eu lieu, sois miséricordieux.» Et ensuite le vieillard alla vers lui à
la troisième heure du jour pendant que l'on travaillait au jardin;5 il vit Psoti qui
ramassait des légumes pour les frères. Apa Psoti se leva, il reçut la bénédiction
de notre père, disant : «Une grande bénédiction m'est arrivée aujourd'hui; puis-
que tu es venu vers moi en ce jour, mon père saint, la bénédiction sera avec nous
en toute chose. » Mais le vieillard saint apa Schnoudi vit la vierge sainte Marie,
ayant une cruche d'eau placée devant elle, elle attira vers elle les mains d'apa
Psoti, elle arrosa d'eau tous les légumes, disant ainsi : «Croissez, et ne cessez pas
désormais (de croître).» Elle lui donna la paix et elle s'éloigna de lui dans une
grande gloire. Alors notre père apa Schnoudi sut qu'apa Psoti était un juste, (un)
élu, que le Seigneur Jésus était avec lui en toute chose qu'il faisait.

1. Cod. Tjvxe*. — 2. Cod. cmot. Le scribe avait

T

tiCMOT. — 3. Cod. n-\-£ipiuiH. — 4. Cod. OTxi-Reoc.
dans le travail au jardin.

d'abord écrit sicaiot, puis il a ajouté IV, ainsi
— 5. Mot-à-mot : à la troisième heure du jour
loading ...