Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 80
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0186
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
8o

E. AMÉLINEAU.

mmoc 2s.e Me^pe neuu&.i t&.ooi nôkOC. ne24_e mcco-mp itdwq 2s„e cô,2s_i .u&pe n^-
ccotïi ujenoir^ cau epcm 2te ott ne Txeuooofc. Tie2s_e TiipeqMwoirr 2s_e ô>.môw2£_oc

2£.C OT TUS.OC H€VOÏV eTCCOOTTit HHH eTOHTX ttCM H H. CTOTTOil^ efroA OTTOg tt^Ott 6TCW-
OTtt AVUd^lOUJ 2S.6 OTT ïl€. ÏXe22_€ ÏISCCOTHp Hd^q 22.6 e^TVTVôw Cdv2S.I OTTOO HTC Tl^-

fttoK ujenoir^- ccotcm epon oooq. e^qep oirco H22.e nipeqMWOTTT Tie2£.^q 22_e ôvUoji
ot cevHôv£i^2î_Hmi npe.w ciooottt eiep ocoft neAi gdai ptoMi ^nTWOTti ôuu epHc ecuen
ujauu eepeuep oco& jien niMèv eT€MMdk5\ ïi2s_cok n^ôvH hott2s_i ueoooir euujocmi
eviMOTr (fol. 75 verso) ôwTreirr en^iMes. evrc^T e&o7\. ee&e 2s_e mmoh h^t^ ce^pg

ttTHI H^HTOTT. TXC2i.e TRICOT dvïlis. UjenOT^ Uèvq 2£_e TlICCOTHp I eKIUOCMOC MT1I-

chott eT6.uMiK.TT. ne2s_ô.q 2s.e dwOH es. tciujihi ccop e&o?V. eqnHOTT epuc uj&pcm oiTen
iih e-rcmi 2s_e oircgiMi 1 e^oTrn euj-uovn1 qHioAic epe cr5Mio?r2s_i nujHpi âen
nece^MHp 010& m&eM euje\.q25_OTOîr ujecyujooiu uj^qTOTrnoc Hipeq.v\.(x)OTT uj^qoi m-
2s.èkiMton2 efto?\. ujes.q^pe HicTexAeTT mouji uj^qepe tuucryp coyre.u. uj^qepe uiefto
ees.2$_i uj&qepe nmeuiceoT tott&o. ôoiTVooc mhihi ni&en eqipi3 mauoott. eT^icooTCM

l'adora, disant : «Fais-moi miséricorde,4 mon Seigneur.» Le sauveur dit : «Parle,
que mon élu Schnoudi sache de toi quelle a été ton œuvre.» — Le mort dit :
«Que dirai-je, mon Seigneur? Tu connais ce qui est caché et ce qui est manifeste,
et toi, tu sais quel a été mon nome.» — Le sauveur lui dit : «Mais parle, et que
mon serviteur Schnoudi l'entende de ta bouche.» — Le mort prit la parole, il
dit : «Je suis un vitrier de Siout, je travaillais avec des hommes; nous nous le-
vâmes, nous allâmes vers le Sud du côté de Schmin pour travailler en cet en-
droit. Après quelques jours je devins malade, je mourus; ils m'amenèrent ici, ils
me jetèrent parce que je n'avais point de parents parmi eux.» Mon père apa
Schnoudi lui dit : «Le sauveur était-il venu au monde en ce temps-là?» 11 répon-
dit : «Oui, la nouvelle se répandit, venant à nous par ceux qui passaient, qu'une
femme était venue dans la ville de Schmoun ayant un petit enfant sur son sein;
tout ce qu'il disait arrivait, il ressuscitait les morts, il chassait les démons, il fai-
sait marcher les boiteux, entendre les sourds, parler les muets, rendait purs
les lépreux, en un mot opérait tous les prodiges." Lorsque j'appris cela, je plaçai

i. Le mss. porte ujMm, mais la tradition se rattache à la ville de ujavottii située au Nord de Siout.
Ce qui suit ne se comprendrait pas s'il s'agissait de Schmin (Akhmin) qui est au Sud de Siout. —
2. Cod. nia.e»om. — 3. Cod. cjipi. — 4. Mot-à-mot : Que ta miséricorde m'arrive. — 5. Cette légende
loading ...