Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 82
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0188
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
82

E. AMÉLINEAU.

epnoir £en oeai hiuj^- MArrcmpson. Menenccoc ô^quje e£pni emqjnoTi epe m&r-
reTVoe ep otmhoc 3&2£_0t>q.

Avenencdw n^i 2s^e ou ic osai pioAu ô/imu ujôvpoq no'y5ôkMdkir?V.i ccavoci epe
îiecHOT2î_s mm\c oireo nccoc eq2s_e&icû07r eM^ujai ec^co MAVoq es.n en-mpq eo-y-
€Ai (fi. eTis. nenicoT sve mô^tt epoc e^qmi uotthott^i AiAv.too-5* e&o7V.3en ^TV^u^nn
UTe ^•eRHÀHCiev e^qTHiq hô^c evccoq ^qoiom AvneeujHpi e^oTH Oôvpoe eq2î_to mavoc
2sie ic2£.e Tep^Ti neujnpi dai le eefte ott oo7Uoc e^peAi^eq. i«n ^omioTr ^c^- epco^
ues.q (fol. 76 verso) dwTS'ne o?Vi k&ici. A^enenctoc ^ttcTîtc «2s.e necîiceir ivquje
îuooT enovm eir^ tooT A\.qV^ neAV nemcoT eeoT&Cs e^nô. ujenois"^.

ne oiron OTrpcoMi 2s.e on £en n«ouj ujAvm eo-ypeqep otofct nptoAvs ne eqep ocofi
n^T*. poAV.ni eqSî Aineq&e^çe otoo nequjnpi cecnoir e^n ntoin. q>a.i 2s.e d>.qTconq
evqi uja. nenuoT Av.npoq>RTnc ujenoir^- ôvqujtoni eqTCù&o MMoq. njucoT ^e

^qeAu 3en ^-otuott 2£.e e-r^qj uj^poq ee&e ott noco&. totc ne2î-e nipcoMi nes.q
2*.e nMWT e©07r^£i Aie^pe nennôwi t^ooi 2<t_e "^ep ocoêi ic2s_en Tis.AieTnoT2s_i eiep £toîi
.unioTM nioTrd>i otoo Avenencis. «m &.kok neAi n^ujupi TenenoT e*.n auiiomk

désert, parlant l'un avec l'autre de grands mystères : ensuite il rentra dans les
cieux, les anges chantant des hymnes en son honneur.

Après cela aussi, voici que des hommes lui amenèrent une chamelle qui avait
mis bas : son petit la suivait, il était en très mauvais état, car elle ne le laissait
pas teter. Lorsque notre père la vit, il fit apporter un peu d'eau de la cruche de
l'église, il la lui donna, elle la but; il lui amena son petit lui disant : «Pourquoi
n'allaites-tu pas ton fils? ou pourquoi l'as-tu enfanté?» Aussitôt elle l'allaita sans
aucune souffrance. Ensuite ses maîtres la prirent, ils s'en allèrent dans leur mai-
son, glorifiant Dieu et notre père saint, apa Schnoudi.

Il y avait aussi un homme dans le nome de Schmin, faisant le manœuvre,'
travaillant le long de l'année en recevant son salaire, et ses enfants n'étaient pas
rassasiés de pain. Cet (homme) se leva, il alla vers notre père le prophète apa
Schnoudi, il le pria. Mais mon père sut, à l'heure qu'il vint à lui, pourquoi (il
venait). Alors l'homme lui dit : «Mon père saint, fais-moi miséricorde,2 car je
travaille depuis mon enfance, faisant l'ouvrage de chacun, et après cela, moi et

1. Mot-à-mot : Faisant travail. — 2. Mot-à-mot : Que ta miséricorde m'atteigne.
loading ...