Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0191
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

85

Teqmuj'y mmctCs^TV. ç>rt epe neq&èa &en Teq^iai.. eTd>.q£Co\ enHi Av.itipco.w.1 &.qHèvTF
eHicHim rttom on1 cotto. Hi^e?V\o 2s.e d.qep^ouiAv.^em2 MMoq eti^T eTeq^o-
neM Teqnpooevipecic.3 ne2s_e mpcoMi tiôvq 2s_e cpiouj e2£.cùtt Auiic.u.oir ïtTe

HOC IC UIKÔvpOTï\iom eace&TOTTTO'y U€Al HlS^AVOTrTV eepOTTgtùTV AllieHMepOC ilèvU

e^-MOHH. hôvIojt 2s.e eT^qn^T eneqn^cvy neM Teqnpocvupeeic* ctcavot nea^q
«fc.q 2s_e n^ujnpi ujencnry ott^uj eoÀi ô>.n dw7V7V.es. sItott nd.iv THpoTT tiTeuconS
epcocy «ejw. ueuujnpi ^«ôvg'x eqj^ 2£.e ^nôvUjwT e\.n hoTVi nevceveyon tmecon ic-
2s.en q>ooTT e\?v?V.d\ ujconi eu^ &pmik n7\.HM tcoottu M^pon nTeuT^Moi e'yfton'y.
eT^Truje otth eq>m& n^-fron^ ^tth^tt epoc eevc^- ecp^goir cnro<? èv neuicoT kiav epoc
•uiu&ea eTâeti Teq2s_i2£. eq2s_co mavoc (fol. 78 verso) 2s_e ei2£.e epo5 neo 10 ^îion|
neoci MAio e^pHi HTeTôwOTo n!ieHOTT2S-i HRdwpnoc e&oTV. mhôwIOHki npcoAvi pin^
UTeqcoti^ neM nequjHpi. na^pir^ evqiiOT e^Mcmn n2£_e nenicoT ceoT^fc eoie*.
ujenoTry.6 Menencev uô»i 2s_e es. ^-&cnry q>ipi eftoTV. nuecon escy ott^c> ïme\?V(oe.
niptOAU 2s.e e\qep pes.u.es.co e.ue\Ujco eMesUjov oiro£ tuc.vv.ot eTes. noc eeuyq epoq

et de farine; mais le vieillard le tenta pour voir sa justice et ses dispositions.
L'homme lui-dit : «Partage entre nous la bénédiction du Seigneur : voici les cha-
riots^ je les ai préparés avec les chameaux pour transporter ta part au monas-
tère.» Quand mon père vit sa foi et sa disposition convenable, il lui dit : «Mon
fils, Schnoudi ne désire rien; mais prends tout pour toi, vis de cela avec tes en-
fants. Crois qu'avec l'aide de Dieu tu ne manqueras d'aucun bien une autre fois
depuis ce jour; mais sois charitable. Mais cependant allons, montre-moi le con-
combre.» Lorsqu'ils furent arrivés au lieu (où était) le concombre, ils le virent
mort, et notre père le remua avec le bâton qui était dans sa main disant : «Je te
(le) dis à toi, ô concombre, pousse afin que tu produises quelques autres fruits
pour ce pauvre homme, afin qu'il (en) vive avec ses enfants.» Ainsi notre père
saint apa Schnoudi retourna vers son monastère. Après cela aussi, le concombre
poussa de nouveau et donna des fruits bellement. Mais l'homme devint riche
grandement, grandement, et la bénédiction que le Seigneur lui avait donnée en
partage une première fois, il la lui donna une seconde fois, et enfin il acheta ainsi

1. Cod. 01. — 2. Cod. ep^OKiAv^^iu. — 3. Cod. iipooepccic. — 4. Cod. Tequpootpccic. —
5. Cod. eistcpe... — 6. Le \ avait été omis et a été ajouté par la seconde main. — y. Cod. j.vAv.evuja>
cm^ujûji. — 8. Ce mot que je n'ai pu trouver dans les lexiques grecs est rendu dans le texte arabe
par un mot qui signifie chariot.
loading ...