Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0196
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
go

E. AMÉLINEAU.

ne^l^q nui 22.6 otoi hhi 2s_e him&. «mouji otfhott eun^cpoo ^uj «choit htô>-
ocoTV uje*. q>^-. otoii ç>^« ooq^ oi niAuorr «cav oaai c^ottciôv eiT24_op oitoi iihi uj^
q^epôoiôarrevH choc. €T^q2s_e «aa :x.e ^qx0" Pwci ^qoMiuj eftoTV. «oircpd,uj omtov.
côwTOTq ^qoouj eftoTV. eq2s_co avaioc 2s.e ô^pi ^ôa^iiK cmott epov «eaoq^ eeoir^k
(fol. 81 verso) dwAuomi £€a\.ci Aui^Av.eo ekoTV. u^tô». neTeux^poc. ne2î_ôvq on 2s_e
ic «m^Tpi^pxHC tteM umpocpuTHc ic hi^uoctoTV.oc ue.u «i^p-^ienicHonoc

IC ttdwpXIJW-d>'tt2^PITHC nem ur c&OIT^Îi THpO-y. «e2S_è0q OU 2£_€ ÏIôwItÙT &«&.

ujoi nMWT i\«;\ ^UTOonioc h^icot doiev n^£ooA\. ^av.ohi «Tôk2s_i2<l htô^tooht ceps
ottcoujt MqiK CTiv T&\}rT^n AienpiTq 2s_e ohhhc ic ^qi «cooi hcav. neq^iTe7V.oe.
5e» ^otthoit es. ovniuj^- «ceomoirqi ujoohi totc e^q^" A\.nequ«èv e«eH2SJ2s. Avq>-\-
Ainiepocy eTeMMe^Tr ïtcoTT i nenHni.1

oirop ic oôwti /Spcooir ô/îtujcohi 5ett «iAv.o«^cTHpio« <\«cooTe.u. no^n cavh emio-
tcav eircouj efeoTV. c*>.myGM MneqcooAv.ô>. eeov^& eiTTJvOTTO «o<\« ottmhoc «cav. o&«

tydwTVMOC «6AV. Oôat Ol02s^h MHttdvTIROtt eTTOI «X^PÛC Xt0P0C KdwITaî.Où MMOC AIÏX^J-

pu"\ 2î_e ^-oeipHîiH2 «fc.iv co ujeuoTrq"- (fol. 82 recto) «€M TeH2LmepfcHfc«TfcH eqv^.

quel temps attendrai-je afin d'aller à Dieu? Sur la route il y a des terreurs et des
puissances fortes! malheur à moi jusqu'à ce que je rencontre le Seigneur.» Lors-
qu'il eut dit cela, il se tut, il demeura en extase une demi-heure, il s'écria disant :
«Faites-moi charité, bénissez-moi, ô mes pères saints, venez : restez en ma pré-
sence dans l'ordre de vos chœurs.» 11 dit encore : «Voici les patriarches qui vien-
nent avec les prophètes, voici les apôtres avec les archevêques, voici les archi-
mandrites qui viennent avec tous les saints.» 11 dit encore : «Mon père apa Schoi,
mon père apa Antoine, mon père apa Pakhôme, prenez ma main, afin que je
me lève pour adorer celui que mon âme aime, car il arrive vers moi avec ses
anges.» En ce moment il y eut un grand parfum; alors il rendit son âme entre
les mains de Dieu en ce jour là, le septième jour d'Epiphi.

Et voici que des voix se firent (entendre) dans le monastère; nous entendîmes
des voix mélodieuses chantant au-dessus du corps saint, disant des hymnes, des
psaumes et des odes spirituelles, les chœurs alternant les uns avec les autres;'
ils disaient ainsi : «La paix soit avec toi, ô Schnoudi, et à ta rencontre avec Dieu.
Les habitants des cieux se réjouissent avec toi aujourd'hui, ô toi qui n'as jamais

1. Cad. ticnK<$>. — 2. Cod. ■^■oipiuui. — 3. Mot-à-mot : étant chœurs par chœurs.
loading ...