Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 93
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0199
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

93

nmpoqïHTRC eecnr^fe 2vd.in2s^ eqoouj e&o?v eq^io' (&) avavoc 2£_e h&.101 h^TVott k^i2
t^p saep 3e?V?vo Amincir enieAim3 eneç> ees. noc ^"«^2s_oc oco £en

ni2£_mqîeno nicôwSLi noTR07r2î_i 2s_e iC2s.en ^AieTnoir2î_i neois,. .u.èaiô.pioc OTraôwp-
oenoc nôwT^co7V.e£i ne 5en TeqAv.eT;ie?v?v.o 2s^e on ^qwn eneTnni nxe niAv^pTirpoe
epe noc ne^e^q nctoq ndwUj npn^-. a\.q>pn^ ca.p nniJa^TOi eT;5eu ïu^pioAioc
^TUj^nuèvTT eoTdJA.oir eqoi ncdwie uj^tt^ othott epoq 3en o-ypirAuidwCiô. :x.e qud,ep
ujô.Tr e^oy jw.ixc?y.e.uoc. eiucon 2s.e iu0.7V.ott OTTRenTirpiccm* ne £en kim^toi uj^tt-
oiTq eTpK Auuno'A.eAioc. euiion 2s.e 07re£02s.oc ne 1y0.s122.eMq cô.q>ô,cnr immoAe-
a\ïcthc equjtouj Aineqco-e-neq 3en Teq2s_i2s_ n2£_^5'R epe neqoirm^.u. eefte q^tm
ccoïi 2s.e «neqoioTi Aineqeoeneq H.2S.m2s_H ^2i_ne pcoâT noirci nneq2î_ev2s_i eTepno-
?V.eA\.em5 neAi^q. n^Mpu^ on ^ïiott eiyoon OTRenTirpKOH6 ne ôv&ftd. a\.fs.- (fol. nqp)
n^pioc eTe q>eu ne 22.e eqeAU ne^2î_i ô.n 5en q^cni noe?v?\.nninn" ^A?Và. Ameq
ocavci noTreuje m ne.udwU eninoTveAvoe nm^ôk7\.RH2vCûmTHc ottoo nceonq ocoq
eni X^2s-

David, chantant et disant : «J'ai été jeune et je suis devenu vieux, et je n'ai
jamais vu le juste abandonné par le Seigneur.» Moi aussi je le dirai en détour-
nant un peu (le sens) des paroles : depuis son enfance apa Macaire était un
(homme) vierge (et) sans tache, dans la vieillesse il fut compté au nombre des
martyrs, comment le Seigneur l'aurait-il abandonné? Car, ainsi que les soldats
qui sont dans les cadres, s'ils voient un jeune homme qui soit beau, ils tirent
parti de lui dans la gymnastique afin qu'il soit propre à telle (ou telle) manière
de combattre; et si le jeune homme est un centurion parmi les soldats, ils le pla-
cent en avant de la ligne de bataille,8 et s'il (faut) battre en retraite, tu le trouves
à l'arrière-garde des combattants dirigeant sa flèche de la main gauche, pendant
que la main droite est occupée à la traction (de l'arc), afin qu'il ne lance pas sa
flèche en vain sans frapper l'un des ennemis qui combattent contre lui. Ainsi
maintenant si abba Macaire était un centurion, c'est parce qu'il ne connaissait
pas la langue grecque; mais il n'est pas resté sans aller avec nous à la guerre des
Chalcédoniens et on le compta parmi les six cent trente-quatre.

1. Cod. cq avavoc. La page se terminant par eq, le scribe a oublié dslg>. — 2. Cod. i\e r^p. —
3. Cod. êoavhi. L'article a été oublié. — 4. Cod. ueiiTiipioc. — 5. Cod. eTepnoA-cm.ni. — 6. Cod.
OTiieitTiipioc. — 7. Cod. >ie(VA.enmH. Le o_ est nécessaire ici à cause de l'esprit rude : d'ailleurs il se
trouve toujours dans le mot çeWmi. ■— 8. Mot-à-mot : de la guerre.
loading ...