Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 98
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0204
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
98

E. AMÉLINEAU.

«o^ipeTiKoc1 cpeu ttdvep Mô^g k&. h^htott nTeqToooim neMCooir 3en Toirgivipecic.2
TteTpoc 2».e ni2^iôwKoon ^qT^-uon enR eTôvq2s_OTO"y OTOg is.ie.ui 2s.e OTimd>.TO-
cpopoc ne itiiieATVo e^&e eqccooim3 mri2^i&.kcor eTe-UMô/r on 3en ngo. o-yog
euoonoeu eTOTq MH^ujHpi TiMoeeoc 2*.e evpe<> epoR ces.Êio7V. MMoq.

eT^nss-Cooim e&o?V.5ett pemo^- Mqjn^T npoirgi e*.qettROT ci*. otc&. neM neq-
pco.vvi £en HI2S.0I cvhor gco neM n&ujRpi ô-ietiROT ces. otcôv. ô.qqo2s.q enujcoi 3en
Tcpivujs MTiie2£_ojp^ ôwqtouj efiioTV eq^oo mmoc 2s_e ra-iiot Riôvp^ienicROROc eupRc.i
&kok sve eaneoci MReTpoc ïii2viô.uocm 2i.e daievir 2s_e epe R^iSeTVTVo 2s.co mmoc
2S-e ott. nerpoe 2s^e ne2s_ô>.q Hô.q 2s_e eR2s_e ott r^vïoùt. ne2£-evq 2£_e ô». meuicROROc
THpoT eTô^ep ce£iTcoTOTr eepoiri iieMôwïi gcoTV. êhothi. neaLôvq n&.q ès.uccooim
necon. (fol. 122 e) neoq 2»-e ite2£.ô<q ne^q 2£_e ^m^-y epoi £(oc epe Tie«enrè>.&
vyo^- RieRicRonoe trre rcoi RiM^pTvpoc «Te n^c eqocn epe>/rq epe meiu-

CROROC TRpOTT OOI ep^TOT ottoc) Ô^ROR H€M&.K Rô^ROOI ep^tcr. otfoo ôwIHôw'y

eo;\h ^TVom eiycpepiwoTr eir^h oi2s_en ReRô^Hcyi ôvI2£_ovrjt on ^ir^t e^ee^n^-

«S'il y a vingt hommes par-mi les hérétiques (nos) ennemis, celui-là sera le vingt
et unième d'entre eux pour se lever avec eux dans l'hérésie.» Mais Pierre le diacre
nous informa de ce qu'il avait dit, et je sus que le vieillard était un pneumato-
phore, parce qu'il connaissait ce diacre au visage. Et j'ordonnai à mon fils Timo-
thée : «Garde-toi de lui.»

Lorsque nous levâmes l'ancre de Rakoti à l'heure du soir, il s'endormit à part
avec ses hommes; et moi, avec mes serviteurs, je m'endormis à part. Il sursauta
au milieu de la nuit, il s'écria disant : «Mon père l'archevêque, es-tu éveillé?» —
Mais moi, je réveillai le diacre Pierre, disant : «Vois ce que ce vieillard dit.» —
Et Pierre lui dit : «Que dis-tu, mon père?» Il lui dit : «Tous les évêques qui s'é-
taient préparés à venir avec nous sont allés dans leurs maisons.» — Pierre lui
dit : «Comment le sais-tu?» — Mais lui dit : «Je me suis vu comme si le saint apa
Psoti, l'évêque de Psoi, le martyr du Christ, se tenait debout, tous les évêques se
tenaient debout, et moi avec toi, nous nous tenions (aussi) debout; et j'ai vu des
couronnes lumineuses placées sur nos têtes. J'ai regardé, j'ai vu Athanase l'ar-
chevêque de Rakoti disant au martyr du Christ, apa Psoti, l'évêque : «Nos pères

I. Cad. ii^cpcTiiioc. — 2. Cod. TOTs-oepecic. — 3. Cod. e©Êe qetoo-m. — 4- Cod. KpHC.
loading ...