Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 100
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0206
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
lOO

E. AMÉLINEAL'.

ô.qAioTT^- epou newHi 2s_e d>.pi q>Mô. mien eT^ircpayr HT€T»i<Si «uot^TVom. es.qnoTq
os^e eiuô^ioe ^eôai&cioc ne2s_es.q n^q 2$_e h^hot niè^p^ieniciionoc e^çoircùuj

UT^ep OT IIIIM^AOM HTC HR CT^TCpOOT.1 ROOq 2s.€ ne2S_d>q 2S_€ MH1TOTT

CRopoc nejw. Rdwij5e7V7V.o npe.w h^hmi. (fol. 123 ifc.) ô^hor 2s^e eTèaciOTCA*. enô^i is.i-
ecoT hoht eMôwUjw ne2s.Hi 2s_e 000& Hiken eTOTrne^enoTT e2s_coj umi ^cuj^nujwni
HTOTcpcou Amdweuoq e&o?V. hotmhhj hcor nin<s.p_"^ HTe^-ep «jo*^ ^h \iq^ cm-
nujev c^p es.u nnô.mïujq^ ht^-io eTèvH2S-OTOT epoi. ne2s_e*.q hhi on 2£.e rôvïojt niMèv

€Td«. RJHO&I ôkUJôwS MMOq £€H RIROCAVOC epe RIOAVOT H*S.ep OOTO Hes.UJiS.1 HiiHTq

uj^ n£aA\.6. ne Ri^copR e&oTV. htc Rigopey-u.*.. h&o^ epoi rôvKot m^p^iMôvn-

SvpïTHC 2S_C MRIUJtoOT HOHT MRIHÔ>.TF 6T€MMôvTT HOTeUjeH piMI OTOO_ es. OTTHIU}^

hc0h6m ujoori £en h^oht eo£ie nseRicRonoc gt^tthotott eq>es£ot ees.12s.0c mri-

H&.TT eTeMMôkTT eipiAU HCM. CpH eeO"5"£\& 2ves.T$*I2v Hô.Ujq>Hp OTfei MMOI OTO£

HH CTCCOOTH MMOI ô^TTCp HôvOOÎlUJ.

Hi^e7V.7V.o 2^e eooT£\.& esnes. m^n^pioc2 nexq-^ MeT2s.ê\.p £ht hhi eq2s.oo mjaoc

nez la place de ceux qui ont fui, prenez leurs couronnes.» 11 se tourna vers le
saint Athanase, il lui dit : «Mon père l'archevêque, que veux-tu que je fasse
des couronnes de ceux qui ont fui?» Mais celui-ci dit : «Donne-les à Dioscore
et à ce vieillard égyptien.» Et moi lorsque j'entendis cela, je fus consolé grande-
ment; je dis : «Toute chose qu'on amènera sur moi, quand même il arriverait
que l'on versât mon sang une multitude de fois pour la foi, je ne crains pas; car
je ne suis pas digne de ces grandes gloires que tu m'as décrites.» — Il me dit :
«Mon père, l'endroit où le péché se multipliera dans le monde, la grâce s'y
multipliera davantage encore jusqu'à ce que ce lieu soit la révélation de la
vision.» Crois-moi, mon père l'archimandrite,3 je n'ai pas enduré cette heure
sans pleurer, et un grand chagrin a été dans mon cœur au sujet des évêques
retournés en arrière, et j'ai dit en cette heure pleurant avec le saint David : «Mes
compagnons se sont éloignés de moi, et ceux qui me connaissaient m'ont oublié.»
Mais le vieillard saint apa Macaire me réconfortait en disant : «Ne te chagrine

i. Au commencement de la ligne du manuscrit on voit ce signe au-dessus de la lettre a. : n
(sic). — 2. Cod. à.n&. MiwRivpi. — 3. Dioscore s'adresse ici en particulier à l'archimandrite Paphnuti
qui était présent. C'est l'un des traits qui feraient croire à l'authenticité du discours plus qu'à la véra-
cité de l'orateur.
loading ...