Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 103
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0209
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

103

jien |oirnoT ^qoTVc MnesUTe pooMi eMi cs.qcd.Tc eqMOM.1 esnep otc^oott uj*. qmà.ir
npovgj nujTkp mcon ss_e utc es.nes. Aiesu^pioc2 eTôsqi 2s_e eqnd^copuj m^hô.tt
upoTc^i ô^qssLïMi n^igeHn 3en mcj&oc es.qcouj eftoTV eq2s_co mmoc 2s_e neacoT eu-
2s_iau HTôkUjôHH eTôsCT*s.uo. q>H €^ottè<£i 2s.c ne2s_^q nevq 2s_e môw coot Avqr^ ns..-
ujHpi 2£_e esK2s.e.u.c. mneq 2s_e ^TrTcooTnoTT e2s_eu nicon 2£.e emiesc-iom epoq.
m&tou 2s.e eTesqKio7V.n H^-ujeutt H^q^çH hmmwott tic eq2i.co aimoc 2*.e hmmctt-
nTioc3 THpoir oèv» peq2s_e Me«no7T2£. ne oto£ tiesqcn «ô.q ejSenm 3en neqoo ne.
q>H eeoTTisCi 2*_e ôwIIèv M^u^pioc4 eT0.qnis.tt eptooir ei$"^ ujcouj Mixeqcon ottoo eir-
2s_q)io A\.Moq £eu OTTMeTesTujmi ô.qqo2î.q eopm pjTen nmn& «Te èwqdaumi
eT^- ujcouj ncsq eq2s_to aiaioc 2s_e ôspinïCTe-yem5 hhi 2s_e ^tiè^^n eftoTV.
ôwïi uj^Teiu^.vioi 2s.e ïiiAV. ne eTis.qcoA.1 ir^ujeHH ktc nicon £en «mh^ £ert hh ct-
£eu iiisiMis. eujcon 2s^e esiiujTeM- (fol. 125 le) tôsaioi 2s_e m.wne eT^qucoAn nqquoHn
^■u^2s_oc «Te OTrxLpcoM 1 eftoA^en Tq>e HTeqcnroMïi. q>H 2ve eTe-v^Mis/y eT&qep
oo^- eqccooTTH 2s_e ovesuj npir^ ne nies.uioc ne2s_es.q His.q 22-e ^revpRO aimosi .uqV^

naître au milieu de tout le monde et ne le couvrît de honte.6 Aussitôt, sans que
personne le sût, il prit la (tunique), il la jeta dans la mer. Nous passâmes tout le
jour, naviguant, jusqu'à l'heure du soir. Mais le frère d'apa Macaire lorsqu'il alla
pour se coucher7 le soir, il trouva la tunique dans (ses) vêtements, il s'écria disant :
«Mon père, j'ai trouvé ma tunique perdue.» Mais le saint lui dit : «Rends gloire
à Dieu, mon fils, de l'avoir trouvée.» Mais les matelots se levèrent contre le frère
pour le frapper. Or le serviteur qui avait volé la tunique s'était placé avec eux
disant: «Ces Égyptiens sont tous des menteurs;» et il lui cracha à la figure. Mais
le saint apa Macaire lorsqu'il les vit couvrir son fils d'opprobres et le châtier sans
honte, il se leva (mû) par l'esprit de Dieu, il saisit le serviteur qui couvrait le
frère d'opprobres,8 disant : «Crois-moi, je ne te lâcherai pas jusqu'à ce que tu
me dises qui avait pris la tunique du frère au milieu de ceux qui sont ici; si tu
ne m'indiques pas qui avait volé la tunique, je dirai qu'un feu du ciel descende
et te dévore.» Mais celui-ci, rempli de crainte, sachant quel était le saint, lui dit:

1. Cod. <^>ioii (sic). —■ 2. Cod. jsujs j*.è».r&.pi. — 3. Cod. ermTioc. — 4. Cod. Ai^r^pi. —

5. Cod. evpiniCTeiriH. — 6. Mot-à-mot : qu'il ne le fît connaître au milieu de tout le monde, qu'il
n'eût honte. J'ai été obligé de changer la tournure pour éviter l'amphibologie. — 7. Mot-à-mot : pour
s'étendre. — 8. Mot-à-mot : il saisit le serviteur qui lui faisait opprobre. Autre amphibologie.
loading ...