Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 104
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0210
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
104

E. AMÉLINEAU.

M.ïiepTes.$ioi ottoo_ ^-ttd/rdvAUMv 2s_e eaep oir nqqyeHn es.noR t*es.p ïieTeuoTV-c Htfiom
eTdwiccoTeM ues.p epoi\ eii2s_co mmoc 2s_e ^uj«Htt neu enecMe* es.ie.wi 2s_e es.iujes.ir)CôwC
nTOT ^nes.eHc e&oTV. nctoi ^kTitc es.ices.Tc eq>ioM. ic2s_en es.2i.tt otti M.q>oois\ eTes/y-
ctoTeja 2s_e enes.i es.7rep ujqiHpi eTewen "^uj^hh e^mh^- es.tts'rtO'yq eiF2S.(>i mmoc 2s_e
es.H ^es,i Te {lyeHii eTeuioTV.S' n<5i07ri eeuicesTC eq>ioM. ïvooq es.qcopn eq2£_co mmoc
eqepoMO?V.ooem1 Mfteqno&i 2s_e es.oes. ^e\i Te.

ô.môwTdwOire ot ie HTes^es. ois* Sen niAVHini neM. mujqjHpi eTe\.Kes.iro?r w hi.uô.-
u*.pïoc Mes.Kd.pjoc.2 3en oir.M.eeM.Hi ues.p nes/res. neupes.» nmpoq>HTHc eeoiresii
2s.es.Tn2v. evqep ujopn nepnpoqjHTeTrem3 £es.pon £en njujopn M-^ErOvyevTVMOc4 eq2s.co
mmoc 2*.e OTTM.0kHes.pioc ne npcoMi eenes.epMe?V.eTe\n 3en tpnoMoc mtcoc MHieoooTT
«eM nie2s_cop£. îie\?V.moH 2s_e co oirmes.Tq MHiptoMi eTeMnequje 3eu nco2î-Hi htc
mes-ce&HC oiT2v.e Mneqooi epes/rq £i qxiMT tvre mpeqep no&i OTT2s_e MneqoeMci 01
Tues.ee2vpes. «Te hi?V.oimoc esATVes. epe neqoircouj ujon 5en tpnoMoc mtioc. £en

«Je t'en adjure par Dieu, ne me perds pas et je te dirai ce que j'ai fait de la
tunique, car c'est moi qui l'ait volée. Mais lorsque je t'eus entendu dire : Elle
reviendra à sa place, j'ai cru que si je la gardais, tu la ferais venir de chez moi, je
l'ai prise, je l'ai jetée à la mer, à la première heure de ce jour.» Lorsqu'ils eurent
entendu ces paroles, ils furent étonnés; mais lorsqu'on eut apporté la tunique au
milieu, ils l'interrogèrent disant : «Est-ce cette tunique que tu as volée et que tu
as jetée à la mer.» Mais il jura disant (et) confessant : «Oui, c'est elle.»

Que dire ou que taire parmi les miracles et les prodiges que tu as faits, ô bien-
heureux Macaire? Car en vérité selon ton nom, le saint prophète David a com-
mencé de prophétiser sur toi dans le premier psaume, disant : «Bienheureux est
l'homme qui méditera la loi du Seigneur, jour et nuit.» Et encore : «Bienheureux
l'homme qui n'est point allé dans le conseil des méchants et ne s'est point tenu
debout sur la route des pécheurs, qui ne s'est point assis dans la chaire de pesti-
lence, mais dont la volonté est stable dans la loi du Seigneur.» Car en vérité

I. Cod. eq€.po.m.oAotM!i. — 2. Cod. to niM&Ki^pioe »Mi&pi. Il y a là un affreux jeu de mot; les
Coptes modernes, fidèles à la tradition de leurs ancêtres et des antiques Égyptiens, sont très friands
des plus mauvais calembours. — 3. Cod. iiepnpo^>HTetrm. — 4. Cod. niujopn «m^&Amoc (s'c)-
scribe en tournant sa page a oublié qu'il avait déjà écrit la préposition m.
loading ...