Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 105
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0211
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

io5

OTA\.e«MHl' P«>.p es. ^CAIH eTejW.JW.0wTT2 2S.00K e&oTV. C2S.C0H 00 &!liies. Mes.Ues.piOC3 2S.€

AuxeiuHoTV. £en 11c02s.n1 htc nie\ce&HC. aih oto« neco^hi eqotooTr nespes. uitomoc
nTVeoon eq2s.to mmoc H2s.e mevonoTr^ eTeMMes.Tr £>en TeqenicTO?V.n eTes.qotropnc
nne*. iiconcTè>.HTinoTrno7Vic+ 2s_e Mne ^■MemioTr^ «Te noc epnoinconem5 neM Teq-
MeepcoMi MTiiuis.Tr eTes.qujen £ïci neM nneceni nuices.2s.i nujTVoq nes.i eTeccuje es.n
eTpe uinicToc co^mott 2s.e nne noTTMesuj2s_ olo^eM. nesi ueoTres.i 2s.e on 2s.e Mneq-
oeA^ci 01 Tues.ee2s^pe\ HTe hiTVoimoc eTe q>es.i ne 2s.e MneqMenpe cjeMci £i2s_en ni-
eponoc jSew otmctAoimoc (fol. 126 15) Mq>pn^ Mnmeceni nniemcnonoc eTes/y-
oeMci «M2s.en noTro^ponoc £en ovMeTTVoiMoc eTdvTrepo^Tnoupèvqiein" eniTOMOc
eeMeg MMeTôvceÊmc. MneqMenpe geMCj oi2s.eu neqeponoc es.7V7Ves. exqMenpe q>n
eTevqeesUjq oi2s_en m^ponoc esq^oei Mnieponoc UTe tucoott q^no7V.ic eT2s.02s.ef1.
epe çpoTrtouj MM0.n0.p10c ujon £en qnioMoc Mnoc eTe q>es.i ne 2s.e epe q>OTrcouj
MMesiiexpioc 3en TCTmo2s.oc nnisveev -oh eTes.irc£esi n£nTc n2s.e niTm nenicnonoc
es. noTr&es.?V. ottcoh es.Trnes.TF enicayrnp eqoeMci £en eMn^ MniTni eq-^- coott unieni-

cette parole s'est accomplie en toi, ô abba Macaire, car tu n'es point allé dans
l'assemblée des impies. Est-ce qu'il y a un conseil plus mauvais que le tome de
Léon disant, cet impie! dans la lettre qu'il a envoyée à ceux de Constantinople
que la divinité du Seigneur n'a pas été unie à son humanité à l'heure où il a
souffert, avec les autres paroles qu'il ne faut pas que les fidèles entendent de
peur de souiller leurs oreilles? Et de plus cet homme ne s'est pas assis dans la
chaire de pestilence, c'est-à-dire qu'il na pas voulu s'asseoir sur le trône avec la
pestilence, comme les autres évêques qui se sont assis sur leurs trônes avec la
pestilence lorsqu'ils ont souscrit le tome rempli d'impiété. Il n'a pas voulu s'as-
seoir sur son trône; mais il a aimé celui qui l'avait placé sur le trône, il s'est con-
tenté du trône de Tkôou, la pauvre ville. La volonté de Macaire était stable dans
la loi du Seigneur, c'est-à-dire que la volonté de Macaire était avec le synode de
Nicée qu'ont souscrit les trois cent dix-huit évêques. Leurs yeux se sont ouverts,
ils ont vu le Seigneur assis au milieu des trois cent dix-huit (pères), glorifiant les

1. Cod. oir^veTMHi; orthographe sahidique. —

CvÛÊi. AV.CvKiS.pi. - 4. Cod. RfOCTù.UTmOTllo'XlC.

2. Cod. êT^A&ir ; orthographe sahidique. — 3. Cod.
— 5. Cod. epuisiiicoiim. — 6. Cod. eTa.-repOTno-

14
loading ...