Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 107
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0213
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

107

mfteu eujèvKèJ\Hi eppHi e2£.en niepouoc €J\piMi.1 n©oq 2s.e oiTen ïieq<^e£no e*rouj
ujevqqïettp mces.2s.i 3eu uecu.0T (fol. 127 ie) AvneqoTcouj eT^-ucooT e^eeAiH!
e^TVTVes. uj^q^oo avmoc 2te eujom2 trrèvep q>Me7fi uiièvHO&i ujôvipi-ui. howott 2^e
^7rq>es.;stot £ô>. Heq5is.?V.ôvT2S- ujè>.ttTeqce.uuHTc eTèvMtoo-y e^\u.eeAiHi o-yop ô^ttco-
ottmott epjpm oirog d^qep cjhtc 7V.omon ct^mcoott eq2s_io mmoc 2£_e Amm^t euj^iô,-
Aki eppm e2s.eu ^-k^e^pôw UTevUd.'y euipeqep ko&i AuiipH^- epe niè*.utte'\oc
q>HT c^&oTV. mmcoott ee&e novceoi&iou. em^-y 2s.e owq em^iKeuoc3 e'5'2£.o'A.p
AUiioTTcomi 3en ^-cim^ic epe uotoo ^- Moire Mqjpir^ MïiïOTComi otoo MqjpH^-
AvcppH eqpi witiii noTrcoitti. epe mdotcce'\oc crb2£_i e£o?m epcoo-y eirepôvCTW^ec-
«►e^i 1 mmcoot 3en o-yp^uji e«&e nceomoirqï utc noTrnp^ic. £en ïi2£_m€>pme>w7r
enô.1 uj&ipiAii ovop ujô.iqi ^ooai piTen mq}top:x_ e&o\ mtc ïïô.i neM neuiie^to-
ottui. &pi mcTeim»5 mhi 00 tiï7V.6.oc avm&i hot^ 2s_e eiooi ep^T pi2s_en himôv nep
ujcoottuji noTepooTr ô.môvTT empeqep no&i e-ynô. eppm e2£_en ir.iju.di. nep vywo-yuji
epe hottoo ojieAi Mq>pK*^ hott^^iu (r) epe HOTTôJFceTV.oc ottco nctooir eTpv.uj
epe peai h&pks htotott nuiôkCce'A.oc Mq>pH^ up&.u nigion6 eTccooirrett mmcoott

fois que tu parles du haut du trône, pleures-tu?» Mais lui, à cause de sa grande
humilité, étendit le discours sur un autre sujet,7 il ne voulut pas leur dire la
vérité; mais il leur dit: «Toutes les fois que je me rappelle mes péchés, je pleure.»
Mais eux se prosternèrent à ses pieds jusqu'à ce qu'il fut disposé à dire la vérité;
puis ils se levèrent et il commença de leur annoncer (la vérité), disant : «A l'heure
où je suis monté en la chaire et que j'ai vu des pécheurs de cette sorte, les anges
s'enfuyaient loin d'eux à cause de leur puanteur. J'ai vu aussi les justes revêtus
de lumière pendant la cynaxe, leur visage resplendissait comme la lumière et
comme le soleil lançant ses rayons lumineux : les anges se précipitaient vers eux.
les embrassaient avec joie à cause de la bonne odeur de leurs actions. En voyant
cela, j'ai pleuré et soupiré à cause de la séparation des uns et des autres. Crois-
moi, ô peuple aimant Dieu; me tenant un jour debout à l'autel, j'ai vu les pécheurs

i. Cod. KpiAu. — 2. Cod. eujoini, faute grossière. — 3. Cod. eiu2>_iReoc. — 4. Cod. eTepa.cn^-
•jÊC-oe. — 5. Cod. ù-pimcTetsMii. — 6. Je n'ai pas trouvé ce mot que je traduis par approximation. Le
mot h^çéi qui précède et qui dans les lexiques se trouve avec le sens de joug, ne peut avoir ce sens en ce
passage. Il signifie évidemment quelque chose où l'on peut écrire. En Egypte les jougs des boeufs sont
encore des morceaux de bois taillés à arêtes vives, n'affectant nullement une forme arrondie. De là vient
sans doute l'image employée par l'auteur; de là aussi ma traduction, car souvent même à l'époque pha-
raonique on s'est servi de petites planchettes de bois pour écrire. — 7. Mot-à-mot : sur une autre forme.

14*
loading ...