Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 1): Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction — Paris, 1888

Seite: 109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1888bd1/0215
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
MONUMENTS, ETC.

ed.7rep êohi uTioiri ^en' £htott e£pHi ee&e niujmi Od.H Hexwo'yni npeqcopu
hhott2£- hcm peqepud.T0.Ad.Aejn2 eiroi Mq>eoHnpoc e7rcd.2SLi HHd.iuoc HCd. HOTre-
pHOT £d.H ue^coo-ym eTFMHp neM HOTrepHOTr epe cp^ 01 N2s_*.2s_i epwoTT Od.H ue-
XWOTrni eirojiTV. e<p.ud. empeqMoir^ eirMOir^- emujcoHi eT^en noTccoMd. êt^o)
mmcoott eir&Huj Auii&d.nTicud«. eTd.TrS'iTq d.n7Vcoc hoCii mften ctcmi nene.ui

epcooir eaLOTO-y. ee&e Td.id.iTid.' otth ujd.ipi.vu. Hd.i ne hh eTd.ictoTeM epcooT HTOTq
Mnd.itoT eqTd.oro mmwott eniHAupoc m Te ^-noAic.

tot€ d.id.AioHi Mn12s.i6.HcoH (ïïS) d.i^ q>i oi2£.en Teqd.q>e ei2s_co mmoc Hd.q 2s_e 1e
eHciooTHi ô.h hoAi e&H?V. eqid.i hmwt eeoird.&. HToq 2ve ne2s_d.q hhi 2s_e nM
ne hh eTd.1coe.uo7r HTOTq Hine^cooTHi 2s.e hctccootth mmcoott. d.non 2s.e
d.iep ottco He2£.Hi Hd.q 2£_e nd.ujHpi MnepoeAvci £d. niupiAv.d. htc Hid.Hd.uj d.AAd.

2S.e HH eTd.HHd.7T eptOOTT HHI H€M. HH €Td.HCOeMOTr. HOOq 2s^e H€2£_dvq hhi 2S_e
Hd.OC HICOT •^Hd.tt enc<0 AUTd.i(ot eqOHeAV. e£07TH epOI eqOTtOUJ d.H eepiCdv2S_i. d.HOH

2ve d.ioTopeM Hd.q ei2s.co avavoc 2s_e mioh eooTd.ocd.ciHi Hd.u A*.q>d.i ndouiipi

sur les tablettes, je vis une multitude de magiciens, une multitude d'homicides,
une multitude de fornicateurs et de fornicatrices, une multitude de femmes ayant
conçu frauduleusement, ayant avorté à cause de la honte, d'autres ayant fait de
faux serments, des médisants, des envieux ayant mal parlé les uns des autres,
d'autres unis ensemble dans l'inimitié de Dieu, d'autres qui sont entrés chez les
incantateurs, faisant des incantations pour la maladie de leur corps, se dépouil-
lant5 du baptême qu'ils ont reçu : en un mot (je vis) tout péché que connaît notre
connaissance pour les nommer." Voilà pourquoi j'ai pleuré.» — Ce sont là les
paroles que j'ai entendues de mon père les adressant au clergé de la ville.»

Alors je pris le diacre, je le baisai sur la tête disant : «Ne sais-tu rien en plus
de cela, mon frère saint?» — Mais lui me dit : «C'est ce que j'ai entendu de lui :
le reste, Dieu le sait.» — Mais moi, je répondis, je lui dis : «Mon fils ne reste pas
sous la sentence de l'adjuration; mais dis ce que tu as vu et ce que tu as entendu.»
— Mais lui me dit : «Mon seigneur père, j'ai vu le visage triste de mon père (se
tourner) vers moi, ne voulant pas que je parle.» — Mais moi je répondis en

1. Le texte semble corrompu en cet endroit. — 2. Cod. pe^epHe.Tc.Aj.Am. — 3. Cod. tmcti,\. —
4. Cod. leRCtoOTii. — 5. Mot-à-mot : se plaçant nus du baptême qu'ils avaient reçu. — 6. Mot-à-mot :
pour les dire.
loading ...